Do markets foster selfishness?

Résumé

L’agent économique est souvent par définition considéré comme un pur égoïste. Plus encore, son utilité est définie sur ce qu’il consomme et elle est considérée comme monotone – ce que nous appelons être « égoïste ». Dans cet article, nous nous intéressons à l’hypothèse selon laquelle le marché conduit les individus à être égoïstes. Nous avançons tout d’abord que la théorie économique n’est pas limitée à considérer des agents économiques égoïstes mais qui peuvent également faire des choix fondés sur d’autres motivations, par exemple des agents qui ont des préférences altruistes envers les autres. Dans une deuxième partie de cet article, nous discutons plusieurs expériences en économie qui traitent des conditions dans lesquelles les préférences altruistes peuvent se manifester. Dans ce contexte, nous discutons en particulier trois aspects: la concurrence, la complétude des contrats et la différence entre l’argent gagnée et l’argent inattendue (ou « windfall money »). Ces trois facteurs, sous des circonstances particulières, semblent contribuer à l’observation de comportements plus égoïstes. Nous concluons que le fait de gagner de l’argent par sa propre activité et la responsabilité jouent un rôle spécifique dans la prévalence des comportement égoistes.

Plan

  • Introduction
  • The economic agent’s motives
  • Competition, complete contracts and earned money – do they make the economic agent more selfish?
  • Concluding Remarks

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • Akerlof G.A. 1982, “Labor Contracts as Partial Gift Exchange”, Quarterly Journal of Economics, vol. XCVII, p. 543-569.
  • En ligne— and Yellen J.L., 1990, “The Fair Wage-Effort Hypothesis and Unemployment”, Quarterly Journal of Economics, vol. CV, p. 255-283.
  • — and Kranton R., 2000, “Economics and Identity”, Quaterly Journal of Economics, vol. 65, n° 3, p. 715-753.
  • En ligneAndreoni J. and Miller J., 2002, “Giving According to GARP: An Experimental Test of the Consistency of Preferences for Altruism”, Econometrica, vol. 70, n° 2, p. 737-753.
  • En ligneBinmore K., 2006, “Why do people cooperate?”, Politics, Philosophy and Economics, vol. 5, p. 81-96.
  • – 2009, Rational Decisions, Princeton, Princeton University Press.
  • En ligne— and Shaked A., 2010, “Experimental economics: where next?”, Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 73, n° 1, p. 87-100.
  • Bowles S., 1998, “Endogenous Preferences pp. The Cultural Consequences of Markets and Other Economic Institutions”, Journal of Economic Literature, vol. 36, n° 1, p. 75-111.
  • En ligneBroome J., 1999, Ethics out of Economics, Cambridge, Cambridge University Press.
  • En ligneBruni L. and Sugden R., 2008, “Fraternity: Why the Market Need To Be a Morally Free Zone”, Economics and Philosophy, vol. 24, p. 35-64.
  • Camerer C., 2003, Behavioral Game Theory, Princeton, Princeton University Press.
  • Chanel O., Lu I., Luchini S., Teschl M. and Trannoy A., 2009, “Experimental Distributive Justice: How We Earn Money Matters”, GREQAM Working Paper.
  • En ligneCharness G., 2004, “Attribution and Reciprocity in an Experimental Labor Market”, Journal of Labor Economics, vol. 22, p. 665-688.
  • En ligneCherry T.L., Frykblom P. and Shogren J., 2002, “Hardnose the dictator”, American Economic Review, vol. 92, n° 4, p. 1218-1221.
  • En ligne— and Shogren J., 2008, “Self-interest, sympathy and the origin of endowments”, Economics Letters, vol. 101, p. 69-72.
  • Davis D. and Holt Ch., 1993, Experimental Economics, Princeton, Princeton University Press.
  • Dworkin R., 1981, “What is equality? Part 1: Equality of welfare, Part 2: Equality of resources”, Philosophy and Public Affairs, vol. 10, p. 185?246 and p. 283-345.
  • Edgeworth F.Y., 1881, Mathematical Psychics, London, Kegan Paul.
  • Fehr E. and Fischbacher U., 2002, “Why Social Preferences Matter – The Impact of Non-Selfish Motives on Competition, Cooperation and Incentives”, The Economic Journal, vol. 112, n° 478, p. C1-C33.
  • En ligne— Kirchler E., Weichbold A. and Gächter S., 1998, “When Social Norms Overpower Competition: Gift Exchange in Experimental Labor Markets”, Journal of Labor Economics, vol. 16, n° 2, p. 324-351.
  • — Kirchsteiger G. and Riedl A., 1993, “Does Fairness prevent Market Clearing? An Experimental Investigation”, Quarterly Journal of Economics, vol. CVIII, p. 437-460.
  • En ligne— and Schmidt K., 1999, “A Theory of Fairness, Competition, and Cooperation”, Quarterly Journal of Economics, vol. 114, n° 3, p. 817-868.
  • — 2010, “On inequity aversion: A reply to Binmore and Shaked”, Journal of Economic Organization and Behavior, vol. 73, n° 1, p. 101-108.
  • En ligneFischbacher U., Fong Ch. and Fehr E., 2009. “Fairness, errors and the power of competition”, Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 72, n° 1, p. 527-545.
  • Fleurbaey M., 2001, “Egalitarian Opportunities”, Law and Philosophy, vol. 20, p. 499-530.
  • En ligneFrey B. and Meier S., 2004, “Social Comparisons and Pro-Social Behavior pp. Testing Conditional Cooperation in a Field Experiment”, American Economic Review, vol. 94, n° 5, p. 1717-1722.
  • Gauthier D., 1986, Morals by Agreement, Oxford, Oxford University Press.
  • En ligneGneezy U. and List J., 2006, “Putting Behavioral Economics to Work: Testing for Gift Exchange in Labor markets Using Field Experiments”, Econometrica, vol. 74, n° 5, p. 1365-1384.
  • En ligneHenrich J., Boyd R., Bowles S., Camerer C., Fehr E., Gintis H. et alii, 2005, “‘Economic man’ in cross-cultural perspective: Behavioral experiments in 15 small-scale societies”, Behavioral and Brain Sciences, vol. 28, p. 795-815.
  • En ligneHoffman E., McCabe K. and Smith V., 1994, “Preferences, property rights, and anonymity in bargaining games”, Games and Economic Behavior, vol. 7, p. 346-380.
  • En ligneJacquemet N., Joule R.-V., Luchini S. and Shogren J., 2009, “Earned wealth, engaged bidders? Evidence from a second-price auction”, Economics Letters, vol. 105, n° 1, p. 36-38.
  • Ledyard J.O., 1995, “Public Goods pp. A Survey of Experimental Research”, in J. Kagel and R. Alvin, Handbook of Experimental Economics, Princeton, Princeton University Press, p. 111-194.
  • En ligneList J., 2006, “The Behavioralist Meets the Market: Measuring Social Preferences and Reputation Effects in Actual Transactions”, Journal of Political Economy, vol. 114, n° 1, p. 1-37.
  • Meier S., 2007, “A Survey of Economic Theories and Field Evidence on Pro-Social Behavior”, in B. Frey and A. Stutzer, Economics and Psychology: A Promising New Cross-Disciplinary Field, Cambridge (Mass.), MIT Press, p. 51-88.
  • En ligneOxoby R.J. and Spraggon J., 2008, “Mine and Yours: Property Rights in Dictator Games”, Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 65, n° 3-4, p. 703-713.
  • Robbins L., 1984 [1935], “ An Essay on the Scope and Nature of Economic Science”, in D. Hausman, The Philosophy of Economics: An Anthology, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Roth A.E., Prasnikar V., Okuno-Fujiwara M. and Zamir S., 1991, “Bargaining and market behaivor in Jerusalem, Ljubljana, Pittsburg, and Tokyo: an experimental investigation”, American Economic Review, vol. 81, n° 5, p. 1068-1095.
  • En ligneSen A., 1973, “Behaviour and the Concept of Preference”, Economica, 40, n° 159, p. 241-259.
  • – 1977, “Rational Fools: A Critique of the Behavioral Foundations of Economic Theory”, Philosophy and Public Affairs, vol. 6, n° 4, p. 317?344.
  • – 1985, “Goals, Commitment and Identity”, Journal of Law, Economics and Organization, vol. 1, n° 2, p. 341-355.
  • – 1997, “Maximization and the Act of Choice”, Econometrica, vol. 65, n° 4, p. 745-779.
  • – 1999, Development as Freedom, Oxford, Oxford University Press.
  • – 2002, Rationality and Freedom, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.
  • En ligneSmith V.L., 1962, “An Experimental Study of Competitive Market Behavior”, Journal of Political Economy, vol. 70, p. 111-137.
  • Sobel J., 2009, “Generous actors, selfish actions: markets with other-regarding preferences”, International Review of Economics, vol. 56, p. 3?16.

Mots-clés

Agent économique, Egoïsme, Préférences altruistes, Concurrence, Monnaie gagnée Vs Monnaie inattendue

Sélection naturelle ou volonté de puissance : comment interpréter le processus de destruction créatrice ?

André Lapied et Sophie Swaton

Résumé

La délicate mise en rapport de la philosophie nietzschéenne et de l’économie est d’une pratique récente. Dans ce contexte, cet article est motivé par l’introduction du traitement nietzschéen de la « destruction créatrice » en économie et la manière de justifier philosophiquement cette référence. Pour cela, nous mettons en concurrence les interprétations évolutionnistes et nietzschéennes de la destruction créatrice. Ces deux métaphores nous semblent difficilement conciliables et nous avançons des arguments en faveur de la volonté de puissance, contre la lutte pour la vie, pour mieux interpréter le mécanisme de destruction créatrice.

Plan

  • Introduction
  • 1 -Le processus de destruction créatrice
  • 2 -Les différentes réinterprétations de la lutte pour la vie
    • 2.1 -Darwin et la sélection naturelle
    • 2.2 -Lamarck et l’adaptation
  • 3 -La critique nietzschéenne des théories de l’évolutionnisme
  • 4 -Contre le nivellement des valeurs : la volonté de puissance
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • En ligneAlchian A. 1950. « Uncertainty, evolution and economic theory ». Journal of Political Economy, vol. 58 n°3, p. 211-222.
  • Bazzoli L. et V. Dutraive. 2006. « Fondements pragmatistes de l’institutionnalisme en économie. Théorie de la connaissance et théorie de l’action chez Veblen et Commons ». Revue de Philosophie Économique, 2006/1 n°13, p. 123-153.
  • En ligneBackhaus J.G. et W. Drechsler. 2006. Friedrich Nietzsche (1844-1900), Economy and Society. Springer.
  • Berlan A. 2010. La critique culturelle et la constitution de la sociologie allemande : Ferdinand Tönnies, Georg Simmel et Max Weber. Thèse de doctorat, université Rennes 1.
  • Bowler P.J. 1983. The eclipse of Darwinism : Anti-Darwinian evolution theories in the decades around 1900. Baltimore : Johns Hopkins University Press.
  • Bowler P.J. 1988. The non-Darwinism revolution : Reinterpreting a historical myth. Baltimore : Johns Hopkins University Press.
  • En ligneCall L. 1998. « Anti-Darwin, anti-Spencer : Friedrich Nietzsche’s critique of Darwin and Darwinism ». History of Science, vol. 36, p. 1-22.
  • Darwin C. 1871. La descendance de l’homme. Paris : Reinwald, (3 e édition, trad. E. Barbier, 1881).
  • Dutraive V. 2010. « L’institutionnalisme comme théorie de la connaissance et comme méthode des sciences sociales : l’épistémologie pragmatiste et évolutionniste de T. Veblen ». Economies et Sociétés, Série « Histoire de la pensée économique », n°3.
  • Eliade M. 2008. Le sacré et le profane. Paris : Gallimard.
  • Friedman M. 1953. Essays in Positive Economics. Chicago : University of Chicago Press.
  • Lamarck J.B. 1809. Philosophie zoologique. Paris : Bibliothèque 10-18, (1 re partie présentée par Jean-Paul Aron, 1968).
  •  En ligneLazaric N. 2010. Les théories économiques évolutionnistes. Paris : La Découverte.
  • Leroux A. 1997. « L’évolutionnisme de Friedrich Hayek. Une double controverse révélatrice d’une double illusion ». Revue économique, vol. 48 n°3, p. 751-760.
  • Lichtblau K. 1996. Kulturkrise und Soziologie um die Jahrhundertwende. Zur Genealogie der Kultursoziologie in Deutschland. Frankfurt and Main : Suhrkamp.
  • Malthus T.H. 1992. Essai sur le principe de population. Paris : Flammarion.
  • Malthus T.H. 2003. Voyage d’un naturaliste autour du monde. Paris : La Découverte.
  • En ligneMarciano A. 2007. « Economists on Darwin’s theory of social evolution and human behaviour ». The European Journal of the History of Economic Thought, vol. 14 n°4, p. 681-700.
  • En ligneMarciano A. 2009. « Why Hayek is a Darwinian (after all) ? Hayek and Darwin on social evolution ». Journal of Economic Behavior and Organisation, vol. 71, p. 52-61.
  • Moore J.S. 2001. « Nietzsche’s anti-Darwin ». Présenté à la 11 th annual conference of the Friedrich Nietzsche Society. Cambridge UK : Emmanuel College.
  • Nehamas A. 1985. Nietzsche : Life as Literature. Cambridge, Mass. and London : Harvard University Press.
  • Nietzsche F. 1971. Textes établis par G. Colli et M. Montinari, trad. C. Heim, I. Hildenbrand, et J. Gratien. Œuvres philosophiques complètes, t. VII, La généalogie de la morale. Paris : Gallimard.
  • Nietzsche F. 1974. Textes établis par G. Colli et M. Montinari, trad. J-C. Hémery. Œuvres philosophiques complètes, t. VIII, Crépuscule des idoles. Paris : Gallimard.
  • Porcher F. 2010. « “Utilité” versus “volonté de puissance”. Sens et portée de l’anti-utilitarisme de Nietzsche ». Revue de MAUSS permanente, 6 juillet.
  • Reinert H. et E.S. Reinert. 2006. « Creative destruction in Economics ». In J.G. Backhaus et W. Drechsler, Friedrich Nietzsche (1844-1900), Economy and society, p. 55-85. Springer.
  • Senn P.R. 2006. « The influence of Nietzsche on the History of Economic Thought ». In J.G. Backhaus et W. Drechsler, 2006, p. 9-37.
  • Skinner Q. 1969. « Meaning and Understanding in the History of Ideas », History & Theory. Studies in the Philosophy of History, n° VIII/1, p. 25-26.
  • Sombart W. 1913. Krieg und Kapitalismus. München : Duncker & Humbolt.
  • Tille A. 1895. Von Darwin bis Nietzsche. Ein Buch Entwicklungsethik. Leipzig : Naumann.
  • VanMeerhaeghe M.A.G. 2006. « Nietzsche and Economics ». In J.G. Backhaus et W. Drechsler, 2006, p. 39-53.
  •  En ligneWotling P. 1995. Nietzsche et le problème de la civilisation. Paris : PUF.

Mots-clés

Destruction créatrice, Concurrence, Théories évolutionnistes, Nietzsche (Friedrich), Volonté de puissance

La rivalité, le pouvoir et les discours de la paix et de la guerre. Quand les discours exhumés par Foucault interpellent l’économie politique

Résumé

La question de la rivalité, de la concurrence, de la violence économique, voire de la guerre économique n’est pas nouvelle. Y sont confrontées depuis la naissance de l’économie politique les théories de l’organisation marchande. Le point de départ du texte est l’intuition selon laquelle l’analyse économique doit pouvoir développer des instruments d’analyse, proprement économiques, de la rivalité sociale pour justifier sa prétention heuristique. L’objet du texte est d’apprendre d’une des pensées contemporaines les plus fortes, celle de Foucault, comment la société vit et lit la rivalité. Nous montrons comment le renouvellement qu’elle opère de l’analyse du pouvoir éclaire la question de la rivalité sociale, et permet de dépasser les limites de l’approche classique de la question, celle de Marx. Nous déduisons de ces limites, à la lumière des enseignements foucaldiens, quelques pistes pour développer une approche économique de la rivalité.

Mots-clés

concurrence, pouvoir, guerre économique.

Classification JEL : A12, A13, B14