Accueil » Editorial

Editorial

L'Equipe de la Revue de Philosophie Economique

Hier encore, la philosophie économique pouvait passer pour une activité intellectuelle réservée à quelques grandes figures de la discipline. Aujourd’hui, en revanche, le questionnement critique de l’économie est le fait d’un nombre sans cesse croissant d’économistes et s’adresse à un public de plus en plus large. Or les revues économiques et philosophiques n’ouvrent qu’épisodiquement leurs colonnes pour débattre de thèmes relevant de ce type de préoccupations. Quant aux revues spécialisées en philosophie économique, elles sont non seulement rares mais ont en outre l’inconvénient d’être en langue anglaise et d’ignorer le vaste patrimoine philosophique francophone. C’est pourquoi il nous a semblé utile de créer un nouveau canal de publications, de langue française, susceptible à la fois d’encourager des productions intellectuelles de haut niveau plus diversifiées et de toucher un lectorat en réelle expansion.

Il est commode, en première approximation, de caractériser formellement la philosophie économique par une posture critique consistant à interroger aussi bien l’objet économique lui-même que le discours produit par l’économiste. Mais une approche substantielle peut également être risquée, afin de mieux préciser le champ couvert par notre Revue : la philosophie économique concerne tous les objets de préoccupation communs au philosophe et à l’économiste. La philosophie économique peut alors, à grands traits, être repérée selon une triple interface entre les catégories académiques usuelles (et vagues) de la philosophie et de l’économie :

Economie politique  et Philosophie sociale : le questionnement central de la philosophie sociale porte sur la nature du lien social. L’économie politique, pour sa part, se consacre à l’analyse de la nécessaire interdépendance des actions humaines provoquées par l’activité économique. L’économie politique peut donc aussi être vue, de manière incidente ou primordiale, comme une réponse possible à l’interrogation principale de la philosophie sociale.

Economie normative et Philosophie morale : la philosophie morale vise aussi bien à codifier le comportement individuel qu’à proposer des normes collectives. L’économie normative, qui s’est longtemps préoccupée des seules normes d’efficacité et de justice, a vu son champ d’investigation de l’éthique s’élargir considérablement, ces dernières décennies, en raison de la puissance des outils d’analyse forgés par l’économiste.

Science économique et Philosophie des sciences : la scientificité, réelle ou revendiquée, d’une certaine forme de discours économique justifie de soumettre notre discipline au questionnement propre à la philosophie des sciences. Toutefois, de notre point de vue, la science économique n’a ni les moyens de, ni la vocation à éclipser les autres formes du discours économique. Malgré l’importance prise aujourd’hui par la démarche scientifique au sein de la discipline, la philosophie économique ne doit donc pas se réduire aux seules questions relevant de la philosophie des sciences.