Du capital à la propriété : histoire et justice dans le travail de Thomas Piketty

Résumé Le présent article revient sur le dernier ouvrage de Thomas Piketty, Capital et idéologie (2019). Nous commençons par inscrire l’ouvrage dans l’argument développé par l’auteur dans ses précédents ouvrages, avant d’en souligner un certain nombre de limites. Nous questionnons d’abord la manière dont Piketty pense le capitalisme, avant d’en venir à sa théorie de l’idéologie. Enfin, … Continuer la lecture de Du capital à la propriété : histoire et justice dans le travail de Thomas Piketty

Le concept de « marchandise fictive », pierre angulaire de l’institutionnalisme de Karl Polanyi ?

La notion de « marchandise fictive » n’est pas simplement un slogan hétérodoxe commode pour critiquer l’incomplétude radicale de tout système marchand et par-là même les limites analytiques de la théorie dominante. C’est surtout la pierre angulaire de l’édifice institutionnaliste qui sous-tend l’ensemble des analyses socio-historiques de Karl Polanyi. Cet article explicite et articule les deux niveaux de cet édifice : un niveau théorique avec l’approche institutionnaliste de la marchandise et un niveau épistémologique avec la définition substantive de l’économie. Cet édifice comporte néanmoins une limite : la notion d’institution, qui est à la charnière des deux niveaux, n’est articulée à aucune réflexion pratique, de sorte que le potentiel révélateur et critique de cet édifice risque d’en être affaibli.

L’écologisme, une critique du capitalisme ? L’école française des conventions au risque de la question environnementale

La pensée conventionnaliste de l’environnement se heurte à un problème central : l’absence d’un ordre de grandeur écologiste qui obéisse à la même grammaire que les six autres. Cet article propose une piste afin de surmonter ce problème. Il s’agit d’envisager l’écologisme, non plus sous le modèle idéal de la cité, mais comme une critique du … Continuer la lecture de L’écologisme, une critique du capitalisme ? L’école française des conventions au risque de la question environnementale