Le concept de « marchandise fictive », pierre angulaire de l’institutionnalisme de Karl Polanyi ?

Résumé

La notion de « marchandise fictive » n’est pas simplement un slogan hétérodoxe commode pour critiquer l’incomplétude radicale de tout système marchand et par-là même les limites analytiques de la théorie dominante. C’est surtout la pierre angulaire de l’édifice institutionnaliste qui sous-tend l’ensemble des analyses socio-historiques de Karl Polanyi. Cet article explicite et articule les deux niveaux de cet édifice : un niveau théorique avec l’approche institutionnaliste de la marchandise et un niveau épistémologique avec la définition substantive de l’économie. Cet édifice comporte néanmoins une limite : la notion d’institution, qui est à la charnière des deux niveaux, n’est articulée à aucune réflexion pratique, de sorte que le potentiel révélateur et critique de cet édifice risque d’en être affaibli.

Plan

  • Introduction : la « marchandise fictive » : concept ou slogan ?
  • 1 -L’irréductible encastrement socio-naturel du capitalisme
    • 1.1 -La nouveauté du marché autorégulateur et la marchandisation nécessaire de la terre, du travail et de la monnaie
    • 1.2 -La « marchandise » comme rapport social historiquement déterminé
  • 2 -Marchandises fictives et disparition de la raison pratique
    • 2.1 -Pourquoi les facteurs de production (terre, travail, capital) ne sont pas des marchandises
    • 2.2 -Fiction marchande et désencastrement de l’économique
    • 2.3 -Disparition de l’altérité et dégénérescence fasciste
  • 3 -Vers une conception institutionnaliste complète de l’économie
    • 3.1 -Un bref rappel : les deux définitions de l’économie pour Polanyi
    • 3.2 -Le sous-bassement naturel de toute économie : le triptyque « besoin-nature-institution »
    • 3.3 -Être plus polanyien que Polanyi : retrouver l’ancrage de l’économie substantive dans la raison pratique
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • Aglietta M. et Orléan A. (dir.) 1982, La violence de la monnaie, Paris, PUF.
  • – (dir.) 1998, La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.
  • Arendt H. 1983, La condition de l’homme moderne, Paris, Agora Pocket- Plon (publ. orig. 1961).
  • Arrow K.J. 1963, Social Choice and Individual Values, New Haven, Yale UP.
  • Aubenque P. 2004, La prudence chez Aristote, Paris, PUF (publ. orig. 1966).
  •  En ligneAzam G. 2007, « La connaissance, une marchandise fictive », Revue du MAUSS, n° 1, p. 110-126.
  • Benetti C., Cartelier J. 1980, Marchands, salariat et capitalistes, Paris, Maspero.
  • Berthoud G. 1986, « L’économie en question », Revue du MAUSS, n° 18, p. 53-104.
  • – 1988, « Économie politique et morale chez Walras », Œconomia, série PE de la revue Économie et Société, n° 9, p. 65-93.
  • Brochier H. 1994, « À propos de l’individualisme méthodologique : l’ouverture d’un débat », Revue d’Économie Politique, vol. 104, n° 1, janvier-février, p. 25-52.
  • Braudel F. 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xv-xviii e siècles, t. 2, Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin.
  • Caillé A. 2005, Dé-penser l’économique, Paris, La Découverte.
  • – (dir.) 2007, « Avec Polanyi », Revue du MAUSS, n° 29, 1 er semestre.
  • —, Favereau O., Boyer R. 2008, « Quasi Manifeste Vers une économie politique institutionnaliste », Revue du MAUSS, n° 30, p. 33?48.
  • Cartelier J. 1983, « Une introduction à l’économie hétérodoxe », Working Paper, n° 8302, Université Catholique de Louvain.
  • – 1996, La monnaie, Dominos, Paris, Flammarion.
  • Castel R. 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.
  • Castoriadis C. 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.
  •  En ligneChavance B. 2007, L’économie institutionnelle, Paris, La Découverte.
  • Clancier Ph., Joannés F., Rouillard P. et Tenu A. (dir.) 2005, Autour de Polanyi. Vocabulaire, théories et modalités des échanges, Paris, De Boccard.
  • Defalvard H. 1994, Essais sur le marché, Paris, Syros.
  • – 1992, « Critique de l’individualisme méthodologique revu par l’économie des conventions », Revue économique, vol. 43, n° 1, p. 127?143.
  • Deleplace G. 1979, Théorie du capitalisme : une introduction, Grenoble, PUG-Maspero.
  • De Vroey M. 1984, « Marchandise, société marchande, société capitaliste : un réexamen de quelques définitions fondamentales », Cahiers d’économie politique, n° 9, p. 109-134.
  • – 1985, « La théorie du salaire chez Marx. Une critique hétérodoxe », Revue économique, vol. 36, n° 3, p. 451-480.
  • Dumont L. 1983, « Préface », in K. Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, p. i-xx.
  • Flahault F. 2008, Le crépuscule de Prométhée. Contribution à une histoire de la démesure humaine, Paris, Mille et une nuits.
  • Foucault M. 2004, Naissance du biopolitique, Paris, Seuil-Gallimard.
  •  En ligneHaber S. 2006, Critique de l’antinaturalisme. Études sur Foucault, Butler, Habermas, Paris, PUF.
  • Habermas J. 1987, Théorie de l’agir communicationnel, 2 tomes, Paris, Fayard (publ. orig. 1983).
  • Keynes J.M. 1936, La Théorie Générale de l’Emploi, de l’Intérêt et de la Monnaie, Paris, Payot (trad. fr. De Largentaye).
  • – 1937, “The general theory of employment”, The Quaterly Journal of Economics, février (republié dans The Collected Writtings, vol. XIV, p. 109-123).
  • Ladrière P. 2001, Pour une sociologie de l’éthique, Paris, PUF.
  • Lapidus A. 1987, « La propriété de la monnaie : doctrine de l’usure et théorie de l’intérêt », Revue économique, vol. 38, n° 6, p. 1095-1110.
  • – 1993, « Introduction à la Pensée Économique Médiévale », in Nouvelle Histoire de la Pensée Economique, Paris, La Découverte.
  • Larrère C., Larrère R., 1997, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier.
  • Lavoie M. 2005, « Les hétérodoxies ont-elles quelque chose en commun », Économies et Sociétés, Série Pensée Economique, n° 36, p. 1091?1124.
  • Laville J.-L. (dir.) 1994, L’économie solidaire : une perspective internationale, Paris, Desclée de Brouwer.
  • Lazear E. 2000, “Economic Imperialism”, Quaterly Journal of Economics, vol. 115, n° 1, p. 99-146.
  • Lefebvre H. 1975, L’idéologie structuraliste, Paris, Points-Seuil.
  •  En ligneLengaigne B., Postel N. 2004, « Arrow et l’impossibilité : une démonstration par l’absurde », Revue du MAUSS, n° 24, p. 388-411.
  • Maucourant J., Servet J.-M., Tiran A. 1998, « La réception de la pensée de Karl Polanyi », in La modernité de Karl Polanyi, Paris, L’Harmattan, p. 227-260.
  • Maucourant J. 2000, « Polanyi, lecteur de Marx », Actuel Marx, n° 27, p. 133-152.
  • – 2001, « L’institutionnalisme de Commons et la monnaie », Cahiers d’Économie Politique, n° 40-41, p. 353-384.
  • – 2003, « Le néoinstitutionnalisme à l’épreuve de quelques faits historiques », Économie appliquée, n° 3, p. 111-131.
  • – 2005a, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute.
  • – 2005b, « Le troc et la monnaie dans la pensée de Karl Polanyi », in Autour de Polanyi. Vocabulaire, théories et modalités des échanges, P. Clancier et alii, Paris, De Boccard, p. 33-43.
  • Orléan A. 1988, « L’auto référence dans la théorie keynésienne de la spéculation », Cahiers d’économie politique, n° 14-15, p. 229-242.
  • – 2008, « Les marchés financiers sont-ils rationnels ? », in Vingt sept questions d’économie contemporaine, P. Askenazy et D. Cohen (eds.), Paris, Albin Michel, p. 63-85.
  • Polanyi K. 1957a, « Aristote découvre l’économie », in Trade and Market in the Early Empire, K. Polanyi, C.M. Arensberg, H.W. Pearsons (eds.), New York, The Free Press, p. 93-117 (trad. fr. 1975, Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, trad. C. et A. Rivière, Paris, Larousse).
  • – 1957b, « L’économie en tant que procès institutionalisé », in Trade and Market in the Early Empire, K. Polanyi, C.M. Arensberg, H.W. Pearsons (eds.), New York, The Free Press, p. 239-260 (trad. fr. 1975, Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, trad. C. et A. Rivière, Paris, Larousse).
  • – 1983, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard (1 re éd. angl. 1944, The Great Transformation).
  • – 1986, « La fallace de l’économie », Revue du MAUSS, n° 18, p. 11-26.
  • – 2008, Essais, Paris, Seuil.
  • Postel N., Sobel R. 2008, « Économie et rationalité : apports et limites de l’approches polanyienne », Cahiers d’Économie Politique, n° 54, p. 68?101.
  •  En lignePostel N. 2007, « Hétérodoxie et institution », Revue du MAUSS, n° 30, p. 121-148.
  • Ramaux C. 2006, Emploi : éloge de la stabilité l’État Social contre la flexicurité, Paris, Milles et Une nuits.
  • Rosset C. 1974, L’anti-nature, Paris, PUF.
  • Robbins L. 1935, Essai sur la nature et la signification de la science économique, Paris, Librairie de Médicis (trad. fr. 1947).
  • Roman Y., Dalaison J. 2008, L’économie antique, une économie de marché ?, Paris, De Boccard.
  • Sahlins M. 1976, Âge de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard.
  • Servet J.-M. 1993, « L’institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue économique, n° 6, novembre, p. 1127-1149.
  • Sobel R. (dir.) 2007, « Penser la marchandisation du monde avec Karl Polanyi », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 47, hors série.
  • Taouil R. 1998, « Karl Polanyi et l’unité de la genèse du rapport salarial », in La modernité de Karl Polanyi, J. Maucourant, J.-M. Servet, A. Tiran (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 71-80.
  • Théret B. 1998, « De la dualité des dettes et de la monnaie dans les sociétés salariales », in M. Aglietta et A. Orléan (dir.), p. 254-287.
  •  En ligne– 2008, « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, n° 4, p. 813-841.
  • Valensi L. 1974, « Anthropologie économique et histoire : l’œuvre de Karl Polanyi », Annales, n° 6, p. 1311-1319.
  • Van de Velde F. 2005, Monnaie, chômage et capitalisme, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
  • Vincent J.-M. 1993, « La lecture symptomale chez Althusser », in Politique et philosophie dans l’œuvre de Louis Althusser, S. Lazarus (dir.), Paris, PUF.
  • Volpi F. 1996, « Philosophie pratique », in Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, M. Canto-Sperber (dir.), Paris, PUF.

Mots-clés

Marchandises fictives, Capitalisme, Institution, Economie substantive, Raison pratique

Karl Polanyi, Essais, Textes réunis et présentés par Michèle Cangiani et Jérôme Maucourant

Karl Polanyi, Essais, textes réunis et présentés par Michèle Cangiani et Jérôme Maucouran, (Paris, Seuil, 2008)

Bénédicte Zimmermann

Ce volume rassemble quarante trois textes de Karl Polanyi jusqu’alors inaccessibles en langue française. Traduits de l’allemand par Françoise Laroche et de l’anglais par Laurence Collaud, les morceaux choisis, dont certains sont des inédits, couvrent quarante quatre ans de production intellectuelle de 1922 à 1966.

2L’architecture du livre présente les textes dans un ordre qui ne suit pas forcément celui de leur écriture. Elle met en œuvre une double chronologie : d’une part, la chronologie de l’objet, à savoir la forme et la place de l’économie dans les sociétés de l’antiquité à la période contemporaine, d’autre part, la chronologie du cheminement de la pensée de Polanyi. La restitution de la date de chaque texte dans la table des matières permet au lecteur d’évoluer au gré de cette double entrée. Il convient de saluer ce travail d’édition qui rend compte tout à la fois de l’ampleur et la cohérence d’une œuvre et de sa logique de construction.

3La première partie, dédiée aux « économies primitives et archaïques » réunit les textes les plus tardifs (de 1946 à 1966) et approfondit, études détaillées à l’appui, la thèse, déjà avancée en 1944 dans La grande transformation, de l’historicité de l’économie de marché et du capitalisme comme formes spécifiques d’institutionnalisation de l’économie. La deuxième partie donne accès, à travers des écrits datés de 1922 à 1947, à une analyse sur le vif de la crise de l’économie de marché entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Elle place le socialisme soviétique et la montée en puissance des fascismes européens au cœur de la réflexion. La biographie intellectuelle de l’essayiste, qui cherche à comprendre les ressorts du totalitarisme et du nazisme, s’y mêle intimement à la biographie du citoyen originaire d’une famille juive qui, converti au christianisme, fut un théoricien actif de la gauche chrétienne dans les années 1930 (chap. 32). Enfin, la dernière partie réunit des textes écrits après 1945, à la tonalité plus prospective. Elle pose le diagnostic de la fin de l’économie de marché et identifie les conditions de son dépassement en vue d’une société plus humaine, faisant de la liberté un enjeu décisif.

4Prises ensemble les différentes parties illustrent l’éclectisme de la pensée de Polanyi. D’abord sur le plan des disciplines : outre l’économie sont conviées l’histoire, l’anthropologie, la philosophie et la science politique. Ensuite sur le plan de la diversité des domaines d’investigation qui vont de l’organisation économique et politique du Dahomey au XVIII e siècle à la constitution fasciste de l’Autriche en passant par l’histoire de la monnaie coquillage cauri. L’analyse de l’articulation entre l’économie et le politique, à travers le temps et dans différentes sociétés, constitue le fil conducteur entre ces terrains d’investigation variés. Partant du constat de la pathologie de l’articulation entre économie et politique sous la forme démocratie/capitalisme des années 1920/1930, Polanyi cherche dans le passé la marque du caractère historiquement construit de cette forme pour mieux projeter dans le futur les conditions de son dépassement. Il en résulte une économie politique qui marie la rigueur de l’analyse scientifique à l’expression de convictions éthiques. Le trait remarquable de ce projet intellectuel est que les préoccupations éthiques et politiques n’y occultent jamais la complexité socio-historique, mais se nourrissent au contraire d’une connaissance approfondie de ses expressions contrastées et singulières, faisant preuve d’un véritable sens de l’enquête de détail.

5A partir d’études d’anthropologie historique, la première partie montre que le commerce, le marché et la monnaie ne sont pas nécessairement destinés à fonctionner ensemble. La distinction posée au chapitre 6 entre la définition institutionnelle du commerce et sa version marchande est ici essentielle. « D’un point de vue institutionnel, le commerce est une méthode qui consiste à acquérir des biens qui ne sont pas disponibles sur place. […] Dans sa définition marchande, le commerce est le mouvement des biens qui vont entrer dans le marché, c’est-à-dire qu’il est une institution qui comporte un mécanisme offre-demande-prix » (p. 119). Polanyi distingue trois types de commerce – par don, par traité et marchand – avant d’identifier les conditions du basculement du commerce, au sens large, au marché. L’apparition de la monnaie, définie comme « objets durables qu’on peut quantifier soit en les comptant soit en les mesurant » (p. 211), joue un rôle décisif dans ce processus. Toutefois, comme il l’a fait pour le commerce, Polanyi soutient à l’exemple de la monnaie coquillage cauri que l’apparition de la monnaie n’est pas nécessairement liée au marché, mais peut aussi être le résultat d’objectifs politiques de consolidations de l’organisation sociale et de l’État. Cette première partie met en évidence les apports d’une approche institutionnaliste qui défend la thèse de l’encastrement de l’économie dans la société et de l’importance des institutions non-économiques pour comprendre l’économie. En considérant l’économie sous l’angle d’un procès institutionnalisé susceptible de prendre différentes formes, cette approche distingue l’économie en générale de sa forme capitaliste orientée vers le gain et le profit. Mais Polanyi montre aussi que dans la société de marché, c’est la société qui en vient à être encastrée dans l’économie plutôt que l’inverse. Le capitalisme et ses normes irriguent alors l’ensemble des institutions sociales pour générer un processus de renforcement mutuel ; processus que Polanyi semble paradoxalement sous-estimer lorsqu’il diagnostique après la Seconde Guerre mondiale la fin de l’économie de marché.

6La thèse dominante de la deuxième partie est celle de l’autonomisation, jusqu’à l’incompatibilité, entre démocratie et économie dans les pays industrialisés de l’Europe continentale de l’entre-deux-guerres (chap. 19). D’un côté, le bolchévisme annexe l’économie au politique, de l’autre le fascisme absorbe le politique dans un corporatisme économique ; dans les deux cas la démocratie est la grande perdante. « Aujourd’hui, l’économie manque tout autant de culture politique que la politique de culture économique » (p. 355). Polanyi voit dans ce divorce le symptôme d’une crise profonde et irréversible de la société de marché. Il intègre de manière tout à fait originale la Première Guerre mondiale dans l’analyse de cette crise qu’il ne conçoit pas sous un seul angle économique, mais dans une double perspective économique et politique (chap. 18).
Tout en portant sur des évènements du passé, les textes de cette seconde partie articulent des réflexions d’ordre plus générales dont l’actualité, dépouillée des ornements désuets du passé, reste entière. C’est le cas des pages introductives au chapitre sur la comptabilité socialiste (chap. 15) qui thématisent les tensions entre « l’évaluation sociale » des biens et leur « évaluation individuelle » (p. 293). Alors que le consommateur individuel privilégie le prix, l’esthétique, la qualité, la quantité ou la commodité d’usage du produit fini, l’évaluation social prend en compte le processus de production et ses conditions, ses effets humains, sociaux et environnementaux. Selon l’étalon choisi, la valeur d’usage d’un même bien s’en trouve profondément altérée. Dans un autre chapitre (17), Polanyi reprend cette problématique sous l’angle de la tension entre producteur et consommateur, sachant qu’une même personne est bien souvent et l’un et l’autre. Ce déplacement lui permet de montrer que le dilemme n’est pas entre l’individu et le collectif, mais qu’il habite chaque personne dont les différents rôles (« fonctions » dans la terminologie polanyienne) font le siège d’intérêts contradictoires. Polanyi en appelle à l’éveil du producteur, du consommateur et du citoyen qui sommeillent en chacun de nous, à la prise de conscience de leurs contradictions et à la responsabilisation de l’un par rapport à l’autre. Un tel idéal d’une économie consciente d’elle?même, soumise à une évaluation individuelle et sociale est aujourd’hui plus que jamais d’actualité non seulement en matière d’écologie et de développement durable, mais également de justice sociale.
Cette topique de la prise de conscience et de la responsabilité trouve ses prolongements dans la dernière partie à visée plus prospective. Polanyi y analyse les conditions d’une société nouvelle à même de concilier démocratie et économie ; une société qui ne serait plus gouvernée par la fiction de la marchandise qui envahit toutes les sphères de la vie (chap. 37), une société où le rang et le statut ne seraient pas déterminés au premier chef par le revenu. Convaincu que le socialisme annonce une nouvelle civilisation, Polanyi considère la mentalité de marché obsolète. « Au XIX e siècle, la machine nous a imposé une forme sans précédent d’organisation sociale, c’est-à-dire une économie de marché, qui s’est révélée être un simple épisode de l’histoire » (p. 522). Cette erreur de diagnostic n’enlève rien à la pertinence de ses analyses sur les méfaits du marché et à l’actualité de son plaidoyer en faveur d’une problématisation conjointe de l’économie et du politique. Ainsi les propos sur le dépassement de l’économie de marché vont de pair avec une réflexion sur la nature de la démocratie et la pluralité de ses formes (chap. 36). Relisant Aristote, Polanyi fait de la liberté la question centrale de « la vie bonne ». Préoccupé par la restriction des libertés par la machine et le conformisme, il insiste sur le fait que les libertés ne sont pas vouées à disparaître avec le marché. Bien au contraire, elles sont appelées à s’étendre hors de la sphère intellectuelle et politique vers la vie quotidienne et le monde du travail. Polanyi va jusqu’à formuler des propositions concrètes à cette fin (p. 564), considérant que la liberté humaine se mesure d’abord à la liberté de choisir.
Au-delà de la mise en évidence de la pluralité des formes économiques et de leur articulation avec le politique, ce livre adresse de front les problèmes moraux posés par le capitalisme et soulève la question des conditions d’une existence humaine libre et pleinement responsable. Dans une postface qui reprend un article déjà paru en 20071)Dans le numéro de la Revue du Mauss titré « Avec Karl Polanyi, contre la société du tout marchand », 2007, n° 29., Alain Caillé et Jean-Louis Laville soulignent l’actualité de la pensée de Polanyi en ce qu’elle apporte la démonstration magistrale que le marché n’est pas la matrice de la démocratie et de la liberté.

Notes   [ + ]

1. Dans le numéro de la Revue du Mauss titré « Avec Karl Polanyi, contre la société du tout marchand », 2007, n° 29.

Karl Polanyi, A life on the Left, Gareth Dale New York

Karl Polanyi, A life on the Left, Gareth Dale (New York, Columbia University Press, 2016, 400 p.)

Santiago Pinault

Plus qu’un texte supplémentaire sur Karl Polanyi, abondamment documenté et agréable à lire, Karl Polanyi : A life on the Left est une biographie complète de l’auteur souvent connu pour sa Grande transformation (1944). Gareth Dale a utilisé pour l’écrire du matériel collecté depuis 2006, lui ajoutant le fruit d’une décennie de recherches et notamment une quantité impressionnante de références tirées de cinq archives provenant des USA ou d’Europe, et paraît ainsi avoir tout lu de et sur cet auteur. Pour donner une idée de la profusion de citations s’y trouvant – même si on ne s’en rend pas compte dans la version papier – 48% du contenu est constitué par les notes et références !

Au-delà du texte, il faut dire que quelques semaines après celui-ci, Dale en a publié un autre, consacré aux débats universitaires autour de Polanyi, comme il en avait publié un autre, en 2010, sur sa pensée. Il est donc important de considérer que cette biographie prend place dans cet ensemble, où chaque texte abordant l’auteur et son œuvre par un angle différent, se voit complété et délimité par les deux autres.
Dans la partie biographique de son travail sur Karl Polanyi, Dale a choisi, logiquement, une exposition chronologique de sa vie. Ainsi les chapitres 1 et 2, commencent avec la période hongroise (1886-1919) et traitent des années de formation du jeune bourgeois qu’il était par son milieu familial et du cadre social dans lequel il a passé son enfance. Si Dale n’entre pas dans des considérations psychologiques – sans doute aussi nécessaires que problématiques dans le cas de Polanyi –, Dale fait état de ses nombreuses influences, russes de par sa mère, anglaises de par son père, de sa jeunesse imprégnée des Lumières et d’une foi positiviste qu’il partageait avec ses jeunes camarades du Cercle Galilée, ou encore de ses relations avec la franc-maçonnerie ou de ses origines juives…

[Télécharger la recension sur Cairn]

Commerce et marché dans les premiers empires : sur la diversité des économies, Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg & Harry W. Pearson.

Commerce et marché dans les premiers empires : sur la diversité des économies, Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg & Harry W. Pearson, édition de Michele Cangiani, Jérôme Maucourant et al. (Paris, Éditions Le Bord de l’Eau, 2017)

Patrick Gilormini

Il s’agit de la seconde édition française d’un ouvrage collectif, Trade and Market in the Early Empires. Economies in History and Theory (1957) qui, dix ans après la mort de Polanyi, était parue en français en 1975 chez Larousse dans une traduction de Claude et Anne Rivière sous le titre Les Systèmes économiques dans l’histoire et la théorie. Cette nouvelle édition bénéficie d’une introduction inédite par Michele Cangiani et Jérôme Maucourant ainsi que d’une postface par Alain Guery, intitulée Des marchés au marché, d’une transformation à une autre. L’avant-propos d’Alain Caillé met en évidence la thèse centrale du livre : « Le marché n’a pas toujours existé, il n’y a que peu de temps qu’il est advenu ».

L’influence que Karl Polanyi exerce depuis les années 1950 sur ce que l’on pourrait appeler un « institutionnalisme des origines des temps historiques » suffit à légitimer la réédition qui permet au public francophone d’entrer désormais plus avant dans le laboratoire où se forgeait sa conception de l’économie comme processus intégratif. Parmi les formes d’intégration, nous retrouvons le rôle de l’administration domestique destinée à assurer la subsistance humaine par la production et le stockage direct pour un groupe familial fermé, une catégorie qu’il ne devait plus retenir pas dans ses ouvrages ultérieurs.
Dans l’édition de 1975, une préface structuraliste marquée par l’anthropologie marxiste de Maurice Godelier introduisait le sujet pour le public français ; elle marquait l’attachement à la valeur-travail comme garantie de scientificité…

[Lire la suite sur Cairn]