Une théorie du langage peut-elle fonder les comparaisons interpersonnelles ? L’apport de Donald Davidson

Résumé

L’apport de Davidson consiste à faire apparaître la connexion entre les comparaisons intrapersonnelles et les comparaisons interpersonnelles tout en insistant sur le processus d’imbrication et de détermination mutuelle qui existe entre ces deux types de comparaisons. Nous montrerons que le caractère éminemment social de la pensée et du langage nécessite de considérer la connaissance de « soi » et en particulier les comparaisons intrapersonnelles comme étant le fruit d’un contexte, d’un faisceau de croyances partagées mais aussi d’un contact avec autrui. Toutefois, l’accès à mes propres pensées, et donc à mes comparaisons intrapersonnelles, ne relève que de moi, et je sais mieux que quiconque ce que je crois. Comment puis-je alors connaitre l’esprit des autres et procéder à des comparaisons interpersonnelles ? Ici nous distinguerons deux éléments : le premier consiste à considérer l’autre comme partageant une large gamme de croyances similaires aux miennes, ce qui me permet de le comparer à moi sur la base de mes propres comparaisons intra ; le second est relatif au langage et nous invite à être charitable envers autrui et de considérer qu’il a généralement raison par rapport à ses croyances et pensées, tout comme moi.

Plan

  • Introduction
  • 1 -Deux approches des comparaisons interpersonnelles : le débat descriptif/prescriptif
    • 1.1 -La position des comparaisons interpersonnelles au sein de la discipline
    • 1.2 -Le débat descriptif-prescriptif
  • 2 -Des rapports entre comparaisons intrapersonnelles et interpersonnelles chez Davidson
    • 2.1 -Les comparaisons intrapersonnelles et l’autorité à la première personne
    • 2.2 -Passage des comparaisons intrapersonnelles aux comparaisons interpersonnelles
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • En ligne Arrow K. 1951, “Alternative Approaches to the Theory of Choice in Risk-Taking Situations”, Econometrica, vol. 19, n° 4, p. 404-437.
  • Bourgeois-Gironde S., Giraud R. 2009, “Framing effects as violations of extensionality”, Theory and Decision, vol. 67, n° 4, p. 385?404.
  • Davidson D. 1968, “Dire que”, in Davidson 1984.
    – 1974, “Sur l’idée même de schème conceptuel”, in Davidson 1984.
    – 1980, Actions et Événements, Paris, PUF (trad. fr. 1993).
    – 1980, “A Unified Theory of Thought, Meaning and Action”, in Davidson 2004, p. 151-166.
    – 1984, Enquêtes sur la vérité et l’inteprétation, Nîmes, Jacqueline Chambon (trad. fr. 1993).
    – 1985, “A new basis for decision theory”, Theory and Decision, vol. 18, p. 87-98.
    – 1986, “Judging Interpersonal Interests”, in Foundations of social choice theory, J. Elster and A. Hylland (eds.), Cambridge, Cambridge UP, and in Davidson 2004.
  • – 1987, “Knowing One’s Own Mind”, in Davidson 2001.
    – 1991, “Three Varieties of Knowledge”, in Davidson 2001.
    – 2001, Subjecctive, Intersubjective, Objective, Oxford, Oxford UP.
    – 2004, Problems of Rationality, Oxford, Oxford UP.
    —, Suppes P., Siegel S. 1957, Decision making: An experimental approach, Stanford, Stanford UP.
  • Delpha I. 2001, Quine, Davidson. Le principe de charité, Paris, PUF.
  • Descombes V. 2004, Le complément de sujet, Paris, Gallimard.
  • Engel P. 1994, Davidson et la philosophie du langage, Paris, PUF.
  • – (dir.) 1997, « Davidson Analysé », Cahiers de Philosophie de l’Université de Caen, vol. 29.
  • Fleurbaey M. 2006, « Économie Normative », in Dictionnaire des sciences sociales, P. Salivan et S. Mesure (dir.), Paris, PUF.
    — and Hammond P.J. 2004, “Interpersonally comparable utility”, in Handbook of Utility Theory, vol. 2, S. Barbera, P. Hammond, C. Seidl (eds.), Boston, Kluwer.
  • Hammond P.J. 1989, “Reviewed Work(s): Foundations of Social Choice Theory by Jon Elster, Aanund Hylland”, Ethics, vol. 100 n° 1, p. 190?191.
    – 1991, “Interpersonal comparisons of utility: Why and how they are and should be made”, in Interpersonal Comparisons of Well-Being, J. Elster and J. Roemer (eds.), Cambridge, Cambridge UP, p. 200-254.
  • Harnay P.V. 2008, La décision, de l’expérimentation à l’interprétation, l’apport de Donald Davidson, Thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
  • Harsanyi J. 1955, “Cardinal Welfare, Individualistic Ethics, and Interpersonal Comparisons of Utility”, The Journal of Political Economy, vol. 63, p. 309-321.
  • Jeffrey R. 1971, “On Interpersonal Utility Theory”,. Journal of Philosophy, vol. 68, p. 647-656.
  • Kagel J., Roth A.E. (eds.) 1995, Handbook of Experimental Economics, Princeton, Princeton UP.
  • Keynes J.N. 1917, The Scope and Method of Political Economy, London, Macmillan.
  • Laugier S. 1992, L’anthropologie logique de Quine. L’apprentissage de l’obvie, Paris, Vrin.
  • Little I.M.D. 1957, A Critique of Welfare Economics, London, Oxford UP.
  • Mongin P. 2001, « Positif ou normatif », in Dictionnaire des sciences économiques, C. Jessua, C. Labrousse et D. Vitry (dir.), Paris, PUF, p. 701-708.
  • Pareto V. 1906, Manuale di economia politica, Paris, V. Giard & E. Brière (trad. fr. Manuel d’économie politique, 1909).
  • Quine W. Van Orman 1960, Le mot et la chose, Paris, Flammarion (trad. fr. 1977).
  • Ramsey F.P. 1931, The Foundations of Mathematics and other Logical Essays, R.B. Braithwaite (ed.), Londres, Keagan Paul, Trench, Trubner & Co.
  • Rawls J. 1971, A Theory of Justice, Cambridge (Mass.), The Belknap Press of Harvard UP.
  • Robbins L. 1947, An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, London, Macmillan.
  • Salles M. 1997, « Utilité : ordinalisme, cardinalisme, comparaisons interpersonnelles », in Engel 1997.
  • Samuelson P. 1938, “A Note on the Pure Theory of Consumer’s Behaviour”, Economica, vol. 17, p. 61-71.
  • Savage L. 1954, The Foundations of Statistics, New York, Dover.
  • En ligneSchick F. 1971, “Beyond Utilitarism”, Journal of Philosophy, vol. 68, p. 657-666.
  • Sen A. 1979, “Interpersonal Comparisons of Welfare”, in Economics and Human Welfare: Essays in honor of Tibor Scitovsky, M.J. Boskin (ed.), New York, Academic Press, p. 183-201.
  • Von Neumann J., Morgenstern O. 1947, The Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton UP.
  • En ligneWaldner I. 1972, “The Empirical Meaningfulness of Interpersonal Utility Comparisons”, Journal of Philosophy, vol. 69, p. 87-103.
  • Wittgenstein L. 2001, Philosophical Investigations, 3e ed. Oxford, Blackwell Publishing (Pub. orig. 1953).

Mots-clés

Comparaison intra- et interpersonnelles, Cardinalité, Théorie de la décision, Connaissance, Philosophie du langage, Davidson

Fondements pragmatistes de l’institutionnalisme en économie. Théorie de la connaissance et théorie de l’action chez Veblen et Commons

Résumé

Cet article a pour objectif de montrer que l’institutionnalisme de Veblen et Commons est une traduction originale du pragmatisme philosophique en science sociale. Ce lien entre pragmatisme et institutionnalisme est analysé à deux niveaux dont nous soulignons la continuité : le premier concerne la conception de la science et de la réalité ; le second concerne la conception de la rationalité économique et du comportement humain en société. Nous montrons que la vision pragmatiste des processus de pensée liés à l’action et à l’expérience implique un renouvellement tant de la méthode que de l’objet de connaissance qui caractérise l’institutionnalisme en économie.

Mots-clés

économie institutionnaliste, philosophie pragmatiste, science, connaissance, action, institutions, individus

Classification JEL : A12, B31, B40, B52

Savamment juste. Notes sur l’épistémologie de la position originelle

Résumé

L’article montre que l’idée de position originelle est porteuse d’une conception inadéquate sur la connaissance et se demande ensuite si cette conception affecte sa robustesse en tant que modèle d’impartialité. Cette vision d’une connaissance séparée ou détachable d’un esprit (trop) indépendant est contrastée avec une approche plus constitutive que Rawls avait dans son Outline for a Decision Procedure in Ethics : là, les juges compétents possèdent, non pas de simples connaissances, mais des vertus intellectuelles. La première suggestion est que, plus l’approche est constitutive, moins elle est consistante avec la symétrie des personnes. La deuxième suggestion est que, si la thèse du volontarisme doxastique direct est fausse, la position originelle ne peut pas être un guide du raisonnement tel qu’elle l’entend. Enfin, si ces arguments sont corrects, ils affaiblissent la thèse selon laquelle la position originelle exprime la justice procédurale dure.

Mots-clés

Rawls, position originelle, égalité, esprit, connaissance, volontarisme doxastique

Classification JEL : A13, D63