Soros’ Theory of Reflexivity: a critical comment

Résumé

La recherche économique contemporaine a perdu (de) sa puissance explicative. Bien que cela transparaisse déjà depuis un bon moment, ce n’est que depuis la récente crise économique que cet état de fait est reconnu de manière plus générale. Cependant, plusieurs initiatives ont étés lancées dans l’espoir d’améliorer la situation. Une initiative phare fut celle qu’a lancée George Soros, à partir du constat suivant: si la réflexivité est une composante majeure de la réalité sociale, les contributions dominantes actuelles en économie n’intègrent pas cette dimension. Le propos de mon article est de montrer que si Soros nous donne un éclairage pertinent, il ne pousse pas assez loin son raisonnement. L’essence de son message risque de se perdre en conséquence de certains propos qu’il faut mettre en doute et qui ne sont peut-être pas nécessaires à son argumentation centrale – des propos que l’on peut retrouver ailleurs dans la quête d’alternatives, et qui méritent à ce titre une attention particulière.

Plan

  • Introduction
  • Reflexivity
  • The nature of the problem
  • So what is the problem?
  • Soros’ criticisms
  • Critical commentary
  • Implications for Soros
  • Final comments

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • Dixon, Huw. 1990. “Equilibrium and Explanation”. In Foundations Of Economic Thought, ed. John Creedy. Oxford: Basil Blackwell.
  • Hahn, Frank H. 1970. “Some adjustment problems”. Econometrica, n°38 January, pp. 1–17, reprinted in Hahn 1984.
  • Hahn, Franl H. 1984. Equilibrium and Macroeconomics. Oxford: Basil Blackwell.
  • Hahn, Frank H. 1994. “An Intellectual Retrospect”. Banca Nazionale del Lavoro Quarterly Review, vol. XLVIII n°190, pp. 245–258.
  • Howell, David. 2000. The Edge of Now: New questions for democracy and the network age. London: Macmillan.
  • En ligneLawson, Tony. 1997. Economics and Reality. London and New York: Routledge
  • Lawson, Tony. 2003. Reorienting Economics. London and New York: Routledge.
  • Lawson, Tony. 2005. “The. Confused. State of Equilibrium Analysis in Modern Economics: an. Ontological. Explanation”. Journal for Post Keynesian Economics, vol. 27, n°3 Spring, pp. 423–444.
  • Lawson, Tony. 2006. “Tensions in Modern Economics. The case of Equilibrium Analysis”. In Equilibrium in Economics: Scope and Limits, ed. Valeria Mosini. London and New York: Routledge.
  • Lawson, Tony. 2008. “Social Explanation and Popper”. In Popper and Economic Methodology: Contemporary Challenges, Tom Boylan and Paschal O’Gorman (eds). London and New York: Routledge.
  • En ligneLawson, Tony. 2009a. “Applied Economics, Contrast Explanation and Asymmetric Information”. Cambridge Journal of Economics, vol. 33, n°3 May, pp. 405–420.
  • En ligneLawson, Tony. 2009b. “The Current Economic Crisis: its Nature and the Course of Academic economics”. Cambridge Journal of Economics, vol. 33, n°4 July, pp. 759–788.
  • Lawson, Tony. 2010. “Economics and Science”. The Transatlantic: Journal of Economics and Philosophy, vol. 1, pp. 8–13. Online version at: http://thetransatlantic.org, accessed on 20 th March 2013.
  • En ligneMuth, John F. 1961. “Rational Expectations and the Theory of Price movements”. Econometrica, vol. 29 n°3, July, pp. 315–335.
  • New Scientist. October 31 1992, pp. 26–31
  • Observer Magazine. 20th September 1992, p. 7
  • Parker, Richard. 1993. “Can Economists Save Economics?”. The American Prospect, vol. 4 Issue 13, March 21th.
  • Sharpe, William. 1964. “Capital Asset Prices: A Theory of Market Equilibrium Under Conditions of Risk”. The Journal of Finance, vol. XIX n°3 September, pp. 425–442.
  • Soros, George. 2009. The Crash of 2009 and What it Means: The New Paradigm for Financial Markets. New York: Public Affairs.

Mots-clés

Réflexivité, Modélisation économique, Systèmes ouverts et fermés, Cohérence, Hypothèse des anticipations rationnelles, Equilibre, Hypothèse de l’efficience des marchés, Science

Fondements pragmatistes de l’institutionnalisme en économie. Théorie de la connaissance et théorie de l’action chez Veblen et Commons

Résumé

Cet article a pour objectif de montrer que l’institutionnalisme de Veblen et Commons est une traduction originale du pragmatisme philosophique en science sociale. Ce lien entre pragmatisme et institutionnalisme est analysé à deux niveaux dont nous soulignons la continuité : le premier concerne la conception de la science et de la réalité ; le second concerne la conception de la rationalité économique et du comportement humain en société. Nous montrons que la vision pragmatiste des processus de pensée liés à l’action et à l’expérience implique un renouvellement tant de la méthode que de l’objet de connaissance qui caractérise l’institutionnalisme en économie.

Mots-clés

économie institutionnaliste, philosophie pragmatiste, science, connaissance, action, institutions, individus

Classification JEL : A12, B31, B40, B52

Peut-on séparer science et idéologie en économique ?

Résumé

La dimension idéologique des travaux des économistes a fait l’objet d’études qui ont le plus souvent cherché à y isoler les contributions proprement scientifiques des considérations relevant de l’idéologie, laquelle a généralement été associée à la présence de jugements de valeur.  Or non seulement  l’idéologie ne devrait pas être identifiée à ce dernier état de choses, mais il ne saurait être question de séparer la science de l’idéologie puisque c’est dans la mesure même où une  science des phénomènes sociaux est bien établie, et qu’elle est de ce fait hautement crédible, qu’elle est le plus susceptible de donner lieu à un fonctionnement idéologique. Ce phénomène  est illustré ici à partir de quelques contributions parmi les plus marquantes auxquelles l’analyse économique a donné lieu.

Mots-clés

économie, idéologie, science, jugement de valeur, utopie

Classification JEL : B41

Concordance et discordance des temps : le travail, le marché, le politique et les temps du travail scientifique

Résumé

La question de la pluralité des  » temps sociaux  » est une vieille question. Les activités humaines se déploient dans des cadres, des structures, des milieux de vie dont les logiques propres consomment ou organisent la temporalité selon des rythmes et des contraintes tendanciellement spécifiques. Qu’en est-il alors de l’exigence de vivre  » une  » vie à travers ces temporalités partiellement incommensurables ?

Cette contribution exprime l’idée qu’il faut reposer cette question du défi éminemment problématique de la mise en concordance des temporalités à partir d’un regard neuf posé sur cette activité humaine transversale qu’est l’activité industrieuse : si on reproblématise celle-ci comme une énigme, un travail d’arbitrages largement inapparent au sein d’une durée appelée ici  » ergologique « , alors le problème de la  » concordance des temps « , notamment entre ce pôle de travail et les deux autres pôles majeurs de nos sociétés modernes, le marché et le politique, se trouve déplacé et reposé autrement.

Mais les trois pôles de nos sociétés modernes sont à la fois demandeurs, déterminants de et déterminés par cette forme de travail particulière qu’est le travail scientifique : comment les trois  » temps valeurs  » évoqués dans les parties trois à cinq de ce texte ont-ils une détermination sur le temps de la production scientifique sans que celui-ci n’en perde pour autant une dimension propre de maturation ?

C’est en intégrant toutes ces dimensions que le problème de la concordance-discordance des temps sociaux nous paraît devoir être posé.

Mots-clés

temps sociaux, activité industrieuse, science