From gross misconduct to responsible behaviour. A dream that necessitates realisticness

Résumé

Les discours sur le développement durable auront peu de substance, tant qu’ils ne seront pas accompagnés d’une notion de responsabilité, qui elle est reliée à la durabilité, où encore à la soutenabilité. Cet article est motivé par des circonstances tant géopolitiques qu’économiques calamiteuses, en terme de gouvernance, et de manière plus générale, par la prolifération de pratiques que l’on qualifiera ni de soutenables, ni de responsables. En conséquence, j’ai pour but l’élaboration d’une conception de la responsabilité, elle ancrée et robuste. Dans ce projet, je m’efforcerai d’identifier tout particulièrement les conditions nécessaires pour un tendre vers un comportement responsable, capable de soutenir un développement dit durable en pratique, aussi bien qu’en théorie.

Plan

  • Introduction
  • Ethics and morality
  • Can we be realists about ethics and morality?
  • Between free will and determinism
  • Responsibility as process
  • Response-Ability (the third condition)
  • Related approaches
  • Responsible citizens
  • Final comments

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • Alkire S., 2005, “Capability and Functionings: Definition and Justification”, in Briefing Notes: Human Development and Capability Association, Havard, Havard isites, online at: isites.harvard.edu/fs/docs/icb.topic711934.files/AlkireCV08.pdf
  • Antonaccio M., 2000, Picturing the Human: The Moral Thought of Iris Murdoch, Oxford-New York, Oxford University Press.
  • Apter T., 2008, The Sister Knot: Why We Fight, Why We’re Jealous and Why We’ll Love Each Other No Matter What, New York, W.W. Norton.
  • Beneria L., 1979, “Reproduction, Production and the Sexual Division of Labour”, Cambridge Journal of Economics, 3(3), p. 203-225.
  • En ligneBigo V., 2008, “Explaining Modern Economics (as a Microcosm of Society)”, Cambridge Journal of Economics, 32(4), p. 527-554.
  •  En ligne— and Mia G., 2009, “Constructing Care: For Love or Money”, Revue de Philosophie Économique, 10(1), Enjeux éthiques en économie de la santé, p. 103-124.
  • Bohr N., 1934, Atomic Theory and Description of Nature, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Bordo R.S., 1987, The Flight to Objectivity: Essays on Cartesianism and Culture, New York, State University of New York Press.
  • Elson D., 2006, Budgeting for Women’s Rights: Monitoring Government Budgets for Compliance with Cedaw, New York, UNIFEM.
  • En ligneElster J., 2010, “The Self-Poisoning of the Mind”, Philosophical Transactions of the Royal Society, 365 January, Trans. R. Soc. B 27(1538), p. 221-226.
  • En ligneEngland P., Budig M. and Folbre N., 2002, “Wages of Virtue: The Relative Pay of Care Work”, in Social Problems, vol. 49, n° 4, p. 455?473.
  • Flax J., 1990, Thinking Fragments: Psychoanalysis, Feminism, and Postmodernism in the Contemporary West, Berkeley-Los Angeles-Oxford, University of California Press.
  • Freud S., 1933, “New Introductory Lectures on Psycho-Analysis”, in Standard Edition, 22, p. 5-182.
  • Gilligan C., 1982, In a Different Voice: Psychological Theory and Women’s Development, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.
  • En ligneGintis H., Bowles S., Boyd R. and Fehr E., 2003, “Explaining Altruistic Behavior in Humans”, Evolution and Human Behavior, vol. 24, p. 153-172.
  • En ligneHaidt J. and Jesse G., 2007, “When Morality Opposes Justice: Conservatives Have Moral Intuitions That Liberals May Not Recognize”, Social Justice Research, vol. 20, p. 98-116.
  • Kirman A. and Teschl M., 2004, “On the Emergence of Economic Identity”, Revue de Philosophique Économique, 9(1), p. 59-86.
  • Klein M., 1948, “A Contribution to the Theory of Anxiety and Guilt”, International Journal of Psychoanalysis, vol. 29, p. 113-123.
  • Kohlberg L.A., 1966, “A Cognitive-Developmental Analysis of Children’s Sex Role Concepts and Attitudes”, in E.E. Maccoby (ed.), The Development of Sex Differences, Stanford, Stanford University Press, p. 82-173.
  • En ligneLawson T., 1997, Economics and Reality, London, Routledge.
  • – 2000, “Evaluating Trust, Competition and Co-Operation”, in Competition, Trust and Co-Operation – a Comparative Study, Y. Shionoya and K. Yagi (eds.), New York-Berlin-Tokyo, Springer Verlag.
  • Martins N., 2009, “Neuroeconomics, Rationality And Preference Formation: Methodological: Implications for Economic Theory”, in The Capabilities Conference, Oxford.
  • Mitchell J., 2000, Mad Men and Medusas: Reclaiming Hysteria and the Effects of Sibling Relations on the Human Condition, London, Allen Lane and Penguin Book.
  • Mitchell S.A. and Black M.J., 1995, Freud and Beyond: A History of Modern Psychoanalytic Thought, New York (NY), Basic Books.
  • Moore G.E., 1903, Principia Ethica, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Morgan M., 1995, “The Projective Gridlock: A Form of Projective Identification in Couple Relationships”, in S. Ruszczynski and J. Fisher (eds.), Intrusiveness and Intimacy in the Couple, London, Karnac, p. 33-48.
  • Murdoch I., 1992, Metaphysics as a Guide to Morals, New York, Penguin.
  • Nussbaum M.C., 1995, “Human Capabilities, Female Human Beings”, in M.C. Nussbaum and J. Glover (eds.), Women, Culture, and Development: A Study of Human Capabilities, Oxford, Clarendon Press.
  • Piaget J., 1932, The Moral Judgment of the Child, New York, Harcourt.
  • Sen A., 1982, Poverty and Famines: An Essay on Entitlements and Deprivation, Oxford, Clarendon Press.
  • Sevenhuijsen S., 1998, Citizenship and the Ethics of Care: Feminist Considerations on Justice, Morality and Politics, London, Routledge.
  • Shiva V., 1989, Staying Alive, London, Zed.
  • En ligneSinger T. and Fehr E., 2005, “The Neuroeconomics of Mind Reading and Empathy”, American Economic Review, vol. 95, p. 340-345.
  • Strawson P., 1962, “Freedom and Resentment”, Proceedings of the British Academy, p. 481-25.
  • Tishkowski D., 2006, “A Brief History of Psychoanalytical Thought: Freud and His Psychoanlytical Innovators”, online at: http://clearinghouse.missouriwestern.edu/manuscripts/565.asp
  • Winnicott D., 1965, “Failure of Expectable Environment on Child’s Mental Functioning”, International Journal of Psychoanalysis, vol. 46, p. 81-87

Classification JEL

Q56 (Sustainability), A13 (Relation of Economics to Social Values), P16 (Political Economy)

Mots-clés

Responsabilité, Réalisme moral, Psychologie morale, Distorsion, Genre

A new style of development to deal with the current crisis: solidarity-based economy, collective capability and sustainable human development

Résumé

Pour éviter une aggravation de la crise actuelle, comme l’apparition de nouvelles crises liées aux contraintes écologiques et inégalités socio-économiques, il devient indispensable de repenser les modes de fonctionnement des agents, les structures de pouvoir et les processus décisionnels. On peut ainsi aider à l’émergence d’un autre style de développement, d’autant plus que certains de ses constituants sont déjà à l’œuvre. Le premier, d’ordre théorique, porte sur l’approche par les capacités qui met l’accent sur les capacités d’action, effectives et potentielles, des agents, leurs libertés à choisir ce qui importe et à agir collectivement dans ce but. Le deuxième, plus opérationnel, concerne l’économie solidaire qui se réfère aux valeurs de responsabilité, d’équité et de reconnaissance pour surmonter les problèmes écologiques et sociaux actuels, en modifiant les manières d’agir et d’être des agents. Le troisième porte sur le développement durable (ou soutenable), lequel, à travers ses dimensions humaines (renforcement des capacités) et sociales (équité intra et intergénérationnelle, lutte contre la pauvreté et les inégalités, prise en compte de la vulnérabilité et de l’exclusion), offre le cadre explicatif le plus englobant. Examiner comment ces trois constituants peuvent s’articuler pour engendrer un autre style de développement est le but de cet article.

Plan

  • Introduction
  • 1 -The solidarity-based economy as a social experiment
    • A mirror for new ways of behaving and interacting
    • Extending ethical references
    • Freedom and responsibility
    • Equality and fairness
    • Solidarity and recognition
  • 2 -The capability approach as a theoretical foundation
    • The Basis and Insights of the Capability Approach
    • An extension of responsibility and collective action
  • 3 -Sustainable human development as a conceptual framework
    • The social dimension of sustainable development
    • Social vs. societal
    • Ensuring the social sustainability of public policies
    • Back to the human development framework
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • En ligne Anand P.B., 2007, “Capability, sustainability, and collective action: an examination of a river water dispute”, Journal of Human Development, vol. 8, n° 1, p. 109-132.
  • En ligneBallet J., Dubois J.-L. and Mahieu F.-R., 2007, “Responsibility for Each Other’s Freedom: Agency as the Source of Collective Capability”, Journal of Human Development, vol. 8, n° 7, p. 185-201.
  • – 2005, L’autre développement: le développement socialement soutenable, Paris, L’Harmattan.
  • Bonvin J.-M. and Farvaque N., 2008, Amartya Sen: une politique de la liberté, Paris, Michalon.
  • Clement V., Le Clainche C. and Serra D., 2008, Théorie de la justice et de l’équité, Paris, Economica.
  • De Munck J. and Zimmermann B., 2008, La liberté au prisme des capacités: A. Sen au-delà du libéralisme, Paris, EHESS.
  • Draperi J.-F., 2005, Making Another World Possible: Social economy, cooperatives and sustainable development, Paris, Presses de l’Économie Sociale.
  • — and Frémeaux Ph., 2006, L’économie sociale de A à Z, Paris, Alternatives économiques pratique, n° 22.
  • Dubois J.-L., 2009a, “La notion de ‘style’ est-elle transposable au développement durable”, Transversalités, n° 109, janvier-mars, p. 35?53.
  • – 2009b, “Searching for a Socially Sustainable Development: Conceptual and Methodological Issues”, in R. Gotoh and P. Dumouchel (eds.), Against Injustice: The New Economics of Amartya Sen, Cambridge, Cambridge University Press, p. 75-294.
  • – 2003, “Food Security, Vulnerability and Social Sustainability”, Cahiers de l’IFAS, n° 3, Johannesburg, p. 15-21.
  • — Bakhshi P., Bouillet A.-S. and Duray-Soundrou C., 2008, Repenser l’action collective: une approche par les capabilités, Paris, Réseau IMPACT-L’Harmattan.
  • — and Trani J.-F., 2009, “Extending the Capability Paradigm to Address the Complexity of Disability”, ALTEREuropean Journal of Disability Research, vol. 3, Issue 3, July-Septembre, p. 192-218.
  • En ligneGiovanola B., 2005, “Personhood and Human Richness: Good and Happiness in the Capability Approach and Beyond”, Review of Social Economy, vol. LXIII, n° 2, p. 249-267.
  • Haq M. ul, 1995, Reflections on Human Development, Oxford, Oxford University Press.
  • Honneth A., 1992, The Struggle for Recognition: The Moral Grammar of Social Conflicts, Cambridge, Polity Press.
  • En ligneIbrahim S., 2006, “From Individual to Collective Capabilities: The Capability Approach as a Conceptual Framework for Self-help”, Journal of Human Development, vol. 7, n° 3, p. 397-416.
  • Jonas H., 1979, The Imperative of Responsibility. In Search of an Ethics for the Technological Age, Chicago, University of Chicago Press (transl. from Das Prinzip Verantwortung, Frankfurt, Insel Verlag, 1979).
  • Kolm S.-C., 2008, Reciprocity: An economics of Social Relations, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Laville J.-L. and Cattani A.D., 2005, Le dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard.
  • Levinas E., 1982, Ethics and Infinity, Pittsburgh, Duquesne University Press (transl. from Éthique et Infini, Paris, Fayard, 1982).
  • Mahieu F.-R., 2008a, Responsabilité et crimes économiques, Paris, L’Harmattan.
  • – 2008b, “Face aux sacrifices humains: un développement humainement soutenable”, Revue Tiers-Monde, n° 195, p. 495-507.
  • Makkaoui R. and Dubois J.-L., 2010, “Nouvelles formes de gouvernance dans le domaine de l’eau. Apports et limites de la coopération décentralisée dans les pays en développement”, Développement Durable et Territoires, vol. 1, n° 1, online at: http://developpementdurable.revue.org
  • Marx K., 1875, Critique of the Gotha Program, Rockville, Wildside Press.
  • Nussbaum M.C., 2000, Women and Human Development: The Capabilities Approach, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Polanyi K., 2001 [1944], The Great Transformation: The political and Economic Origins of Our Times, Boston, Beacon Press.
  • Rawls J., 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press.
  • Reboud V., 2006, A. Sen: Un économiste du développement?, Paris, AFD.
  • Ricœur P., 2005, The Course of Recognition, Cambridge, Harvard University Press (transl. from Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004).
  • Rosanvallon P. and Fitoussi J.-P., 1994, Le Nouvel âge des inégalités, Paris, Seuil.
  • En ligneSandler T. and Arce D., 2007, “New Face of Public Assistance: Public Goods and Changing Ethics”, Journal of International Development, vol. 19, p. 527-544.
  • Sassen S., 2007, A Sociology of Globalisation, New York, W.W. Norton & Company.
  • Sen A.K., 2006, Identity and Violence. The Illusion of Destiny, London, Allen Lane.
  • – 2000, “The Ends and Means of Sustainability”, Keynote Address at the International Conference on Transition to Sustainability, 15 May 2000, Tokyo.
  • – 1999, Development as Freedom, New York, Knopf.
  • – 1985, Commodities and Capabilities, Amsterdam, Elsevier.
  • – 1982, “Equality of What? ”, in Choice, Welfare and Measurement, Oxford, Blackwell, reed. Harvard University Press, p. 353-369.
  • En ligneStewart F., 2005, “Groups and Capabilities”, Journal of Human Development, vol. 6, p. 185-204.
  • Touraine A., 2007, A New Paradigm for Understanding today’s World, Cambridge, Polity (transl. from Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005).
  • — and Macey D., 2000, “Can We Live Together? Equality and Difference”, Palo Alto, Standford University Press (transl. from Pourrons-nous vivre ensemble? Égaux et différents, Paris, Fayard, 1997).
  • UNDP, 2005, The Human Development Report 1990-2004: 15 Years of Publication, Statistical Data Base, New York, United Nations Development Program.
  • Walzer M., 1983, Spheres of Justice, Oxford, Blackwell.
  • Wced (World Commission on Environment and Development), 1987, Our Common Future, Oxford, Oxford University Press.

Mots-clés

Capacité, Développement humain, Responsabilité, Economie solidaire, Développement humain

La responsabilité sociale des entreprises : un sursaut éthique pour combler un vide juridique ?

Sophie Swaton

Résumé

Malgré un succès contemporain qui pourrait faire croire à un concept très nouveau en sciences de gestion notamment, la responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un concept apparu dans les années 1950. On peut donc s’interroger sur cette résurgence soudaine d’un concept suscitant des interprétations multiples et quelquefois contradictoires. Notre hypothèse est que la RSE, perçue dans une première dimension fonctionnelle et très actuelle, provient d’une lacune du droit matériel. Cette lacune pourrait également expliquer le glissement de niveau auquel on assiste dans l’évolution historique et conceptuelle de la RSE, saisie dans une deuxième dimension : le besoin de se chercher un fondement, dans l’éthique principalement puis dans la philosophie politique. Or, ce recours ne porte pas nécessairement les fruits espérés. Néanmoins, nous ne souhaitons pas en rester à une approche seulement critique. Partant d’une clarification du concept lui-même et des dimensions impliquées cet article vise à comprendre la résurgence et l’actualité du concept de RSE en mettant en exergue la dimension éthique peu convaincante en l’état mais dont un traitement plus complet permettrait de cerner les dimensions politique et juridique à valoriser.

Plan

  • Introduction
  • 1 -Genèse et fonctionnalité de la RSE : une mission controversée
    1. 1.1 -Naissance de la RSE et questionnement sur la mission de l’entreprise : les années 1950-1965
    2. 1.2 -Une responsabilité reconnue mais de nature économique : les années 1970-1980
    3. 1.3 -L’élargissement du périmètre des responsabilités : les années 1980-1990
  • 2 -À la recherche de fondements éthiques pour la RSE
    1. 2.1 -Définir et donner un contenu à la responsabilité
    2. 2.2 -« Un marché pour la vertu » ?
    3. 2.3 -Une interprétation en termes d’éthique culturelle
  • 3 -La RSE appréhendée à travers la philosophie politique
    1. 3.1 -Une approche institutionnelle de la RSE
    2. 3.2 -Les bases d’une éthique pour la RSE
    3. 3.3 -Une responsabilité partagée ?
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Références

  • Acquier, A., Gond, J.P. & Igalens, J. 2005. « Des fondements religieux de la responsabilité sociale de l’entreprise à la responsabilité sociale de l’entreprise comme religion », Centre de Recherche en Gestion, Toulouse, Cahier de recherche N° 2005 – 166, Mai.
  • Afnor. 2010. ISO 26000, Responsabilité sociétale, Afnor éditions.
  • Berland, N. et Loison, M.C. 2005. « Responsible Care et management durable : comportement volontaire ou réaction adaptative ? Généalogie et pratiques dans l’industrie chimique », Actes du 26 e congrès de l’AFC.
  • Berns, E. 2006. « Gouvernance, souveraineté, globalisation », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Bessire, D. 2006. « Sortir du face à face entreprise et parties prenantes », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Beck, U. 2001. La Société du risque : Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.
  • Boltanski, L. et Chiapello, E. 2011. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.
  • Bonnafous-Boucher, M. 2006. « Décision stratégique et vitalité de la philosophie poli-tique des parties prenantes », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Bowen, H.R. 1953. Social responsibilities of the businessman, New-York : Harper and Row.
  • Bruntland, G. H., 1987, Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, Rapport préparatoire à la conférence de Rio de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU.
  • Capron, M. 2011. « La RSE peut-elle contribuer à la sortie de crise ? », in La Responsabilité Sociale de l’Entreprise, Nouvelle régulation du capitalisme ?, Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R., (éd.), Lille : Presses Universitaires du Septendrion.
  • Capron, M. & Quairel-Lanoizelée, F. 2010. La responsabilité sociale des entreprises : Paris, La Découverte.
  • Carroll, A.B. 1979. “A three dimensional conceptual model of corporate performance”, Academy of Management Review, vol. 4, n° 4, 497-505.
  • Carroll, A.B. 1989. Business and Society, Cincinnati : South Western Publishing.
  • Carroll, A.B. 2009. “A History of Corporate Social Responsibility, Concepts and Practices”, in Handbook.
  • Castillo, J.-C. 2006. « Vers une notion intégrée de bonne gouvernance publique européenne », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Cazal, D. 2008 « Parties prenantes et RSE : des enjeux sociopolitiques au-delà des contrats », Revue de l’Organisation Responsable, vol. 3, n° 1, 12-23.
  • Clarkson, M. 1995. “A stakeholder Framework for analyzing and evaluating corporate social performance”, Academy of Management Review, vol. 20, n° 1, 92-117.
  • Commission européenne. 2001. Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises. Livre vert.
  • Commitee for Economic Development (CED). 1971. Social Responsibilities of Business Corporations, New-York : CED.
  • En ligneDavis, K. 1973. “The Case for and against Business Assumption of Social Responsibities”, Academy of Management Journal, 16, 312-322.
  • En ligneDe Bakker, G. A., Groenwegen, P. & Den Hond, F. 2005. “A Bibliometric Analysis of 30 years of Research and Theory on Corporate Social Responsibility and Corporate Social Performance”, Business and Society, 44, 3, 283-317.
  • Donaldson, T. 2009. “The Transatlantic Paradox, how outdated concepts confuse the american / european debate about corporate governance”, in Handbook.
  • Donaldson, T. & Dunfee, T.W. 1999. Ties That Bind : A Social Contracts Approach to Business Ethics, Boston : Harvard Business School Press.
  • Dupuy, J.-P. 1999. Éthique et philosophie de l’action, Paris : Ellipses.
  • Eels, R. 1956. Corporate Giving in a Free Society, New-York : Harper.
  • El Akremi, A., Dhaoudi, I. & Igalens, J. 2008. « La responsabilité sociale de l’entreprise sous l’éclairage des critical management studies : vers un nouveau cadre d’analyse de la relation entreprise-sociéte », Finance Contrôle Stratégie, vol. 11, n° 3, 65-94.
  • Elkington, J. 1997 Cannibals with Forks : The triple bottom line of 21 st Century Business, Oxford : Capstone Publishing.
  • Evan, W. & Freeman, E. 1993. « A stakeholder theory of the modern corporation : Kantian capitalism », in Beauchamp T. et Bowie N., Ethical theory and business, Englewood Cliffs : Prentice Hall.
  • Ewald, F. 1997. « L’expérience de la responsabilité », Qu’est-ce qu’être responsable ?, Auxerre, Sciences humaines communication, 57-81.
  • Fleurbaey, M. 2006. Capitalisme ou démocratie ?, Paris : Grasset.
  • En ligneFrederick, W. 1960. “The Growing Concern over Business Responsability”, California Management Review, 2, 54-61.
  • Frederick, W. 2006. Corporation Be Good : The Story of Corporate Social Responsability, Indianapolis : Dog Ear Publishing.
  • Freeman, R. E. 1984. Strategic management. A Stakeholder Approach, Boston : Pitman.
  • En ligneFreeman, R. E. 1994, « The politics of stakeholder theory », Business Ethics Quarterly, vol. 4, n° 4, p. 409-421.
  • Friedman, M. 1970. « The responsability of business is to increase its profits », New York Times Magazine, vol. 33, 122-126.
  • Gond, J.-P. & Igalens, J. 2010. La responsabilité sociale des entreprises, Paris : « Que Sais-Je ? », P.U.F.
  • Guibet Lafaye, C. & Picavet, E. 2010. « Présentation », Revue de métaphysique et de morale, 3, n° 67, p291-292.
  • Habermas, J., 1987, Morale et communication, Paris : Cerf.
  • Habermas, J., 2003, L’éthique de la discussion et la question de la vérité, Paris : Grasset.
  • Hayek, F. 2007 (1967). Essais de philosophie, de science politique et d’économie, Paris : Les Belles Lettres.
  • Handbook of Corporate Social Responsibility. 2009. Crane, A., Mc Williams, A., Matten, D., Moon, J., Siegel, D. (eds.), New York : Oxford University Press.
  • En ligneHeald, M. 1957. « Management’s Responsibility to Society : The Growth of an idea », Business History Review, 31, 375-384.
  • Heald, M. 1970, The Social Responsibilities of Business : Compagny and Community, 1900-1960, Cleveland : The Press of Case Western Reserve University.
  • Jones, T.M. 1995. « Instrumental Stakeholder Theory : a Synthesis of Ethics and Economics », Academy of management Review, avril 20/2, 404-437.
  • Jounot, A. 2010. RSE et Développement durable, Afnor.
  • En ligneKlonoski, R. J. 1991. “Foundational Considerations in the Corporate Social Responsability Debate”, Business Horizons, 34 (4), 9-18.
  • Kupper, F. 2011. « La RSE dans l’œil de la théorie hayékienne », in La Responsabilité Sociale de l’Entreprise, Nouvelle régulation du capitalisme ?, Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R., (éd.), Lille : Presses Universitaires du Septendrion.
  • Laville, E. 2009. L’entreprise verte, Paris : Pearson Education France.
  • Lenoble, J. & Maesschalck, M. 2009. L’Action des normes, Eléments pour une théorie de la gouvernance, Sherbrooke : Les Éditions de la Revue de Droit de l’Université de Sherbrooke.
  • Lépineux, F. 2006. « Théorie normative des parties prenantes et cohésion sociale », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Levitt, T. 1958. “The dangers of social responsability”, Harvard Business Review, 41- 50.
  • En ligneLockett, A., Moon, J. & Visser, W. 2006. “Corporate Social Responsability in Management Research : Focus, Nature, Salience and Sources of Influence”, Journal of Management Studies, 43, 1, 115-136.
  • Maréchal, J.-P. 2011. « RSE : Les illusions dangereuses », in La Responsabilité Sociale de l’Entreprise, Nouvelle régulation du capitalisme ?, Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R., (éd.), Lille : Presses Universitaires du Septendrion.
  • Margolis, J. D. & Walsh, J. P. 2003. “Misery Loves Companies : Rethinking Social Initiatives by Business”, Administrative Science Quarterly, 48 : 268-305.
  • En ligneMarens, R. 2004. “Wobbling on a One – Legged Stool : The Decline of American Pluralism and the Academic Treatment of Corporate Social Responsability”, Journal of Academic Ethics, 2, 63-87.
  • Melé, D. 2009. “Corporate Social Responsibilies Theories”, in Handbook.
  • Mercier, S. 2004. L’éthique dans les entreprises, Paris : La Découverte.
  • Mercier, S. 2006, « La théorie des parties prenantes : une synthèse de la littérature » in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Merlin-Brogniart, C. & Depret, M.-H. 2011. « La responsabilité globale des entreprises du service public marchand : Vers un élargissement de la notion de responsabilité sociale et environnementale », in La Responsabilité Sociale de l’Entreprise, Nouvelle régulation du capitalisme ?, Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R. (éd.), Lille : Presses Universitaires du Septendrion.
  • Mitchell, R. K, Agle, B. R & Wood, J.D. 1997. “Toward a Theory of Stakeholder Identification and Salience : Defining the Principle of Who and What Really Counts”, The Academy of Management Review, Vol. 22, No. 4 (Oct. 1997), 853-886.
  • Moquet, A. C. & Pezet, A. 2005. « Les technologies de la responsabilité sociétale ou le mythe fait réalité – le cas Lafarge », Congrès de l’Association francophone de comptabilité, Lille, 11-13 mai.
  • Moriceau, J.-L. 2006. « Théorie des parties prenantes et figures dans visages » in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Mouffe, C. 1994. Le politique et ses enjeux. Pour une démocratie plurielle, Paris : La Découverte/ Mauss.
  • Muirhead, S. 1999. Corporate Contributions : The View from 50 Years, New-York : McGraw-Hill.
  • Murphy, P. E. 1978. “An evolution : Corporate Social Responsiveness”, University of Michigan Business Review, nov.
  • Osty, F. 2009. « Une tentative de re-légitimation de l’entreprise », Sociologie Pratiques, Paris : P.U.F., n°18, 31-38.
  • Pesqueux, Y. 2006. « Pour une évaluation critique de la théorie des parties prenantes », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Philips, R. A. 2003. Stakeholder Theory and Organizational Ethics, San Francisco : Berret-Koehler Publishers Onc.
  • Polanyi, K. 1983. La Grande Transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris : Gallimard.
  • Postel, N. & Sobel, R. 2001. « Le capitalisme n’est pas soluble dans les parties prenantes », in La Responsabilité Sociale de l’Entreprise, Nouvelle régulation du capitalisme ?, Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R. (éd.), Lille : Presses Universitaires du Septendrion.
  • Postel, N. & Rousseau, S. 2006. « La responsabilité sociale et environnementale des entreprises : une reconfiguration du rapport salarial fordiste ? », Économie appliquée, LIX, n° 4, 77-104.
  • Quairel, F. 2006. « L’influence des parties prenantes sur les dispositifs de notation sociale », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Rawls, J. 1971. Théorie de la justice, trad. fr. C. Audard, Paris : Seuil, 1987.
  • Rendtorf, J. D. 2006. « Des principes de justice pour les parties prenantes », in Décider avec les parties prenantes, Bonnafous-Boucher M. et Pesqueux Y. (éd.), Paris : La Découverte.
  • Reynaud, E. 2011. Le développement durable au cœur de l’entreprise, Paris : Dunod.
  • Samuelson, P. A. 1971. “Love that Corporation”, Mountain Bell Magazine, spring.
  • En ligneScherer, A.G. & Palazzo, G. 2007. “Toward a Political Conception of Corporate Responsibility : Business and Society Seen from a Habermasian Perspective”, Academy of Management Review, 32(4), 1096-1120.
  • Revue de philosophie Économique. Juin 2008. Vol. 9, n° 1, La démocratie d’entreprise, numéro coordonné par Gosseries A. et Ponthière G.
  • Selekman, B. 1959. A Moral Philosophy for Business, New-York : McGraw-Hill.
  • Solomon, R. & Hanson, K. R. 1989 La Morale en affaires, clé de la réussite, Paris, Éditions d’organisation.
  • Swaton, S. 2011. Une entreprise peut-elle être sociale dans une économie de marché ?, De l’Hèbe, La Question, n° 72.
  • Vallaeys, F. 2013. Pour une vraie responsabilité sociale. Clarifications, propositions, Paris : P.U.F.
  • Vincent, N., van de Poel & van den Hoven (eds.). 2011. Moral Responsibility : Beyond Free Will and Determinism, Dordrecht : Springer.
  • Vogel, D. 2008. Le marché de la vertu, Paris : Economica.
  • Walton, C. C. 1967. Corporate Social Responsibilities, Belmont, Caif. : Wadsworth Publishing Co, Inc.
  • Wren, D. A. 2005. The History of Management Thought, 5th ed, Hoboken, NJ : John Wiley & Sons, Inc.

Mots-clés

Responsabilité, Ethique, Parties prenantes, Contrats, Normes, Délibération

Entre l’homme obligé et l’homme capable : la responsabilité de l’entrepreneur social. Eléments de réflexion philosophique

Résumé

L’entreprenariat social nous engage dans deux formes de responsabilité, l’une obligataire, qui ressortit au registre juridique et moral, l’autre mondaine ou cosmologique, qui ressortit au registre de l’action et de la création. La pratique entrepreneuriale en tant que telle honore prioritairement la responsabilité cosmologique, tandis que la dimension sociale de cette pratique réfère, quant à elle, au caractère obligataire. Dans cet article, nous proposons de revenir sur la généalogie de ces deux acceptions fondamentales de la responsabilité, qui ont trouvé dans le kantisme à la fois leur lieu de formulation philosophique et leur point de bifurcation, mais aussi de dégager la portée et les limites de leur dialectisation dans l’activité sociale-entrepreneuriale aujourd’hui. Nous montrons que la première convoque en son sein plusieurs traditions de philosophie morale impliquant différentes extensions du concept, ce qui oblige à nous interroger sur sa propre opérabilité. La seconde, que nous aurons à cœur d’illustrer en rapportant certains discours d’entrepreneurs, a été davantage honorée à l’époque contemporaine par les approches phénoménologiques et de philosophie de l’action de tendance analytique. Nous terminons en envisageant la possibilité pour l’entrepreneur social de s’extraire de cet atermoiement entre deux formes de responsabilité dans le contexte actuel, naguère anticipé par Hans Jonas et dont témoignent aujourd’hui le succès des thèmes de l’écologie politique et du développement durable, opérant ainsi un renversement du rapport de l’action humaine à la peur de l’avenir – peur à laquelle s’est substituée au fil du temps la projection raisonnée d’un futur malheureux, toutes choses égales ailleurs.

Mots-clefs

Entrepreneur, entrepreneuriat, responsabilité, social(e), action, obligation.

[Télécharger l’article sur Cairn]

A.K. Sen et J.E. Roemer : une même approche de la responsabilité ?

Herrade Igersheim

Résumé

L’objet de cet article est d’examiner comment A.K. Sen et J.E. Roemer envisagent la responsabilité par le biais de leur théorie (Equality of Opportunity principle de Roemer et capabilité de Sen). L’analyse comparative de ces approches est justifiée par la position atypique que Roemer exprime sur la capabilité. Une brève revue des théories modernes de la justice est nécessaire pour mesurer les enjeux soulevés par le traitement de la responsabilité et pour réaliser pleinement en quoi la position de Roemer est sujette à examen. Ces considérations mènent à une comparaison approfondie des deux théories.

Mots-clés

théories de la justice, responsabilité, capabilité, Sen, Roemer

Classification JEL :  B0, D6