Les cyniques : une économie de la frugalité

Résumé

Les cyniques grecs rejettent les institutions économiques de leur temps au motif que les valeurs sur lesquelles elles reposent entravent la liberté et l’autosuffisance individuelles. Seule une vie de frugalité et de mendicité peut, selon eux, nous les procurer. Mais dans quelle mesure ces pratiques constituent-elles une véritable économie, avec la dimension sociale et coopérative que ce concept implique ?

Plan

  • Introduction : les cyniques sans économie ?
  • Anthropologie cynique des besoins : de l’excès à la frugalité
    1. La poluteleia
    2. La voie courte de l’euteleia
  • La vie simple et frugale des cyniques comme économie
    • Richesse et pauvreté
    • La vie économique domestique
    • Le travail et ses limites
    • La monnaie falsifiée et la mendicité
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Références

  • Billerbeck Margarethe. 1996. « The Ideal Cynic from Epictetus to Julian ». Dans Robert Bracht Branham et Marie-Odile Goulet-Cazé (éd.), The Cynics. The Cynic Movement in Antiquity and its Legacy, p. 205-222. Berkeley : The University of California Press.
  • Bracht Branham Robert. 1996. « Defacing the Currency : Diogenes’ Rhetoric and the Invention of Cynicism ». Dans Robert Bracht Branham et Marie-Odile Goulet-Cazé (éd.), The Cynics. The Cynic Movement in Antiquity and its Legacy, p. 80-104. Berkeley : The University of California Press.
  • Cohen Edward E. 1992. Athenian Economy and Society : A Banking Perspective. Princeton : Princeton University Press.
  • Coin-Longeray Sandrine. 2001. « Penia et Penès : travailler pour vivre ? ». Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, n°75, 2001/2, p. 249-256.
  • Dawson Doyne. 1992. Cities of the Gods. Communist Utopias in Greek Thought. New York : Oxford University Press.
  • Dudley Donald R. 1967. History of Cynicism from Diogenes to the 6th century A.D. London and Hildesheim : Methuen and Olms.
  • En ligneEmeljanow Victor. 1965. « A Note on the Cynic Short Cut to Happiness ». Mnemosyne n°18, p. 182-184.
  • Festugiere André-Jean. 1978. Télès et Musonius. Diatribes. Paris : Vrin.
  • Finley Moses I. 1974. The Ancient Economy. Berkeley : University of California Press.
  • Giannantoni Gabriele. 1990. Socratis et Socraticorum Reliquiae, collegit, disposuit, apparatibus notisque instruxit G. G., 4 vol. Napoli : Bibliopolis.
  • Goulet-Caze Marie-Odile. 2001. L’ascèse cynique. Un commentaire de Diogène Laërce VI, 70-71. Paris : Vrin.
  • Gugliermina Isabelle. 2006. Diogène Laërce et le Cynisme. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.
  • Husson Suzanne. 2011. La République de Diogène. Une Cité en quête de la nature. Paris : Vrin.
  • Helmer Étienne. 2013. Épicure ou l’économie du bonheur. Neuvy-en-Champagne : Le passager clandestin.
  • Kindstrand Jan Frederik. 1976. Bion of Borysthenes. A Collection of the Fragments with Introduction and Commentary. Uppsala : Almqvist & Wiskell International.
  • Laërce Diogène. 1999. Vies et doctrines des philosophes illustres. Trad. Marie-Odile Goulet-Cazé (dir.). Paris : Le Livre de Poche.
  • Liddell H.G. and R. Scott. 1996. A Greek-English Lexicon, Ninth Edition with a Revised Supplement by H.S. Jones. Oxford : Clarendon Press. http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=polutele%2Fia&la=greek#lexicon (consulté le 12/05/2014).
  • Malherbe Abraham J. (ed.). 1977. The Cynic Epistles. A Study Edition. Missoula, (Mont.) : coll. « Society of Biblical Literature » n°12.
  • Moles John L. 1996. « Cynic Cosmopolitanism ». Dans Robert Bracht Branham and Marie-Odile Goulet-Cazé (éd.), The Cynics. The Cynic Movement in Antiquity and its Legacy, p. 105-120. Berkeley : The University of California Press.
  • Natali Carlo. 1995. « Oikonomia in Hellenistic political thought ». Dans André Laks and Malcolm Schofield (éd.), Justice and Generosity : Studies in Hellenistic Social and Political Philosophy, p. 95-128. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Paquet Léonce. 1992. Les Cyniques Grecs. Fragments et témoignages. Paris : Librairie Générale Française.
  • Platon. 1993. La République. Trad. Pierre Pachet. Paris : Gallimard.
  • Rankin David. 1983. Sophists, Socratics and Cynics. London-Camberra : Croom-Helm.
  • En ligneRich Audrey N.M. 1956. « The cynic conception of autarkeia ». Mnemosyne, n°9, p. 23-29.
  • Rombi Georges et Didier Deleule. 1998. Les Cyniques grecs. Lettres de Diogène et Cratès. Paris : Actes Sud.
  • Shmueli Efraïm. 1970. « Modern Hippies and Ancient Cynics. A comparison of philosophical and political developments and its lessons ». Cahiers d’histoire mondiale, n°12, p. 490-514.
  • Xenophon. 2008. Économique. Trad. Pierre Chantraine. Paris : Les Belles Lettres.

Classification JEL : B11, Z13

Mots-clés

Autosuffisance, Cyniques, Economie, Frugalité, Liberté

Essai sur la définition de la philosophie économique

Résumé

Nous proposons dans ce texte une définition ouverte de la « philosophie économique » comme « champ postural des idées rationalisées de l’économie ». Notre argumentation comprend deux étapes. La première permet de répondre à cette question : pourquoi la philosophie économique ? Nous y soutenons que celle-ci doit être entendue comme une réaction à un doute concernant la représentation dominante de l’économie comme science, elle-même causée par trois problèmes que nous analysons. Nous explicitons notre définition dans une deuxième étape, en clarifiant d’abord les notions de « champ postural » et d’« idées de l’économie ». Cette discussion nous conduit ensuite à clarification des liens entre idée, concept, théorie et jugement. Finalement, nous rapprochons la conception stipulative proposée ici de celle, extensionnelle, promue par A. Leroux depuis 1995.

Plan

  • Introduction
  • 1 -Pourquoi la philosophie économique ?
    1. 1.1 -La fausse disparition des idées de l’économie
    2. 1.2 -Les problèmes de la science économique
  • 2 -Définir la philosophie économique
    1. 2.1 -Une proposition de définition
    2. 2.2 -Quelques précisions sur les idées de l’économie
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Références

  • Arrow, K. J. & Debreu, G. 1954. “Existence of an equilibrium for a competitive economy”, Econometrica, 22, 265-290
  • En ligneBackhouse, R. & Medema, S. 2009. “Retrospectives On the Definition of Economics”, Journal of Economic Perspectives, vol. 23, n° 1, Winter, 221-233.
  • Berns, E. 2000. « Philosophie de l’économie », Rue Descartes, Paris : P.U.F., 9-20.
  • Berthoud, A. 2002. Essais de philosophie économique Platon, Aristote, Hobbes, A. Smith, Marx, Arras-Lille : Presses Universitaires du Septentrion.
  • Blanchard, Y. 1968. Humanisme et philosophie économique, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.
  • Blaug, M. 1980. La Méthodologie Économique, Paris : Économica.
  • Bourdieu, P. 1979. La distinction – critique sociale du jugement, Paris : Éditions de Minuit.
  • Callon, M. & Muniesa, F. 2008. « La performativité des sciences économiques », papiers de recherche du CSI, n° 010
  • Deleuze, G. & Guattari, F. 1991. Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris : Éditions de Minuit.
  • Dupuy, J.-P. 2012. L’avenir de l’économie – Sortir de l’économystification, Paris : Flammarion.
  • En ligneFaccarello, G. & Steiner, P. 2008. “Interest, sensationism and the science of the legislator : French ‘philosophie écononomique’, 1695-1830”, European Journal of the History of Economic Thought, Taylor and Francis Journals, vol. 15/1, 1-23.
  • Hausman, D. 1992. The Inexact and Separate Science of Economics, Cambridge : CUP.
  • Keynes, J. M. 1968 [1936]. Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris : Payot.
  • Kincaid, H. & Ross, D. (eds). 2009. The Oxford Handbook of Philosophy of Economics, Oxford : Oxford University Press.
  • Kolm, S.-C. 1986. Philosophie de l’économie, Paris : Seuil.
  • Kuhn, T. 1983 [1962]. La structure des révolutions scientifiques, Paris : Flammarion.
  • Lakatos, I. 1994. Histoire et Méthodologie des sciences, Paris : P.U.F.
  • Leroux, A. & Marciano, A. 1998. La philosophie économique, Paris : P.U.F.
  • Leroux, A. & Marciano, A. 1999. Traité de philosophie économique, Bruxelles : De Boeck.
  • Leroux, A. & Livet, P. 2005, 2006, 2007, 2009. Leçons de Philosophie Économique, 4 tomes, Paris : Economica.
  • Leroux, A., Quiquerez, G. & Tosi, G. 2001. Idéologies et Doctrines en économie, Paris : Économica.
  • Mäki, U. (ed.). 2012. Handbook of the Philosophy of Economics : Elsevier.
  • Malinvaud, E. 1996. « Pourquoi les économistes ne font-ils pas de découvertes ? », Revue d’Économie Politique, 106, 6, 929-941.
  • Marciano, A., Davis, J. & Runde, J. (eds.). 2004. The Elgar Companion to Economics and Philosophy : Elgar Publishing.
  • Mc Closkey, D. 1983. « The rhetoric of economics », Journal of Economic Literature, 31, 481-517.
  • Mill, J. S. 1988. Système de logique déductive et inductiveExposé des principes de la preuve et des méthodes de recherche scientifique, Paris : Pierre Mardaga.
  •  En ligneMongin, P. 2006. « L’analytique et le synthétique en économie », Recherches Économiques de Louvain, vol. 72/4, n° 4, 349-383.
  • Myrdal, G. 1944. An American DilemmaThe Negro Problem and Modern Democraty, New-York : Harper and Brothers.
  • Pestre, D. 2006. Introduction aux Science studies, Paris : La Découverte.
  • Popper, K. 1990. La logique des découvertes scientifiques, Paris : Payot.
  • Popper, K. 1988. Misère de l’historicisme, Paris : Plon.
  • Quine, W. V. 1999. Le mot et la chose, Paris, Flammarion.
  • Quiquerez, G. 1998. « La science économique selon John Stuart Mill : un produit épistémologique de la complexité du social » – DT GREQAM 98C09
  • Quiquerez, G. 1999. « Le contexte de la découverte », in Leroux A. et Marciano A. (1999). Traité de philosophie économique, Bruxelles : De Boeck, 353-378.
  • Quiquerez, G. 2000. « L’hystérésis du taux de chômage : une analyse épistémologique », Revue de Philosophie Économique, n° 1, 51-74.
  • Quiquerez, G. 2001. « Joan Robinson et l’idéologie : une analyse critique », in Harcourt (Geoffrey) (éd.), L’économie rebelle de Joan Robinson, Paris : L’Harmattan, 125-140.
  • Reiss, J. 2013. Philosophy of economics, A Contemporary Introduction, New York, Routledge.
  • Ross, D. 2014. Philosophy of economics, New York : Palgrave Macmillan.
  • Robbins, L. 1947. Essais sur la nature et la signification de la science économique, Paris : Librairie de Médicis.
  • Robinson, J. 1962. Economic Philosophy, Chicago : Adline Publishing Company.
  • Stiegler, B. 2009. Pour une nouvelle critique de l’économie politique, Paris : Galilée.
  • Villey, D. 1959. « Prolégomènes à l’enseignement de la philosophie économique », Revue d’Économie Politique, Sirey.
  • Vuillemin, J. 1986. What are Philosophical Systems ? Cambrige : CUP.
  • Weber, M. 1995. Le savant et politique, Paris : Plon.

Mots-clés

Philosophie, Epistémologie, Idées, Economie

Le testament économique de Heidegger

Résumé

Heidegger est l’un des penseurs parmi les plus renommés et les plus controversés de ce XXème siècle. Penseur de l’Etre, il est connu comme critique de la métaphysique et de l’ontologie traditionnelles. Sa pensée paraît donc aux antipodes des préoccupations économiques et de la démarche des spécialistes. Pourtant, c’est une activité économique primaire qui structure toute ouverture à l’Etre et qui constitue le sol à partir duquel s’élabore la question de l’Etre. A l’inverse, le sens de l’Etre s’émousse et se perd dans la Technique des Temps Modernes, dont le managériat, privé ou public, constitue l’un des rejetons les plus actifs. La lecture de Heidegger concerne donc l’économiste, dans la mesure où il tente de situer sa réflexion au-delà des cadres métaphysiques, auxquels il reste attaché.

Mots-clés

Être, Aletheia, Economie, Technique