Libéralisme ou démocratie ? Raymond Aron lecteur de Friedrich Hayek

Résumé

Cet article revient en détail sur la critique du libéralisme de Friedrich Hayek délivrée par Raymond Aron, sur une période qui court des années 1940 au début des années 1980. A partir d’une relecture croisée des principaux textes de ces deux philosophes du second xxe siècle, il cherche à montrer que leurs oppositions – sur la place laissée aux libertés économiques, sur la définition même du concept de liberté et sur la manière d’envisager la démocratie – révèlent l’existence de deux voies profondément divergentes au sein du néolibéralisme contemporain : l’une qui se fonde sur un attachement primordial au marché et qui s’accompagne d’une méfiance prononcée à l’égard du régime démocratique ; l’autre qui se construit à l’inverse sur la base d’une confiance en la démocratie, conçue comme point d’aboutissement du libéralisme, et qui conduit à ne pas absolutiser le marché. Un réexamen de cette opposition peut ainsi permettre de sortir d’une vision étriquée et caricaturale du néolibéralisme, qui le réduit abusivement à une fermeture de l’espace des possibles politiques.

Article

L’authentique morale des démocraties est une morale de l’héroïsme, non de la jouissance.

(Aron, 1941b, p. 518)

L’argent est un des plus magnifiques instruments de liberté que l’homme ait jamais inventé.

(Hayek, 1944, p. 69)

[L’article peut être lu intégralement sur Cairn]

Bibliographie

  • Aron, Raymond. 1937. « Réflexions sur les problèmes économiques français ». Repris dans Commentaire, n° 28-29, 1985.
  • Aron, Raymond. 1939. « États démocratiques et États totalitaires », repris dans Aron 2005.
  • Aron, Raymond. 1941a. « Bureaucratie et fanatisme », repris dans Aron 1990.
  • Aron, Raymond. 1941b. « Naissance des tyrannies », repris dans Aron 1990.
  • Aron, Raymond. 1943. « Du pessimisme historique », repris dans Aron 1990.
  • Aron, Raymond. 1948. Le Grand schisme. Paris : Gallimard.
  • Aron, Raymond. 1955. L’opium des intellectuels. Paris : Hachette, 2002.
  • Aron, Raymond. 1957. Espoir et peur du siècle. Essais non partisans. Paris : Calmann-Lévy.
  • Aron, Raymond. 1961. « La définition libérale de la liberté. À propos du livre de F. A. Hayek The Constitution of Liberty », repris dans Aron 2006.
  • Aron, Raymond. 1962. Dix-huit leçons sur la société industrielle. Paris : Gallimard. Repris dans Aron 2005
  • Aron, Raymond. 1964. « Fin des idéologies, renaissance des idées », repris dans Aron 2006.
  • Aron, Raymond. 1965a. Essai sur les libertés. Paris : Hachette. 2005.
  • Aron, Raymond. 1965b. Démocratie et totalitarisme. Paris : Gallimard. Repris dans Aron 2005.
  • Aron, Raymond. 1969. « Liberté, libérale ou libertaire ? », repris dans Aron 2006
  • Aron, Raymond. 1976. « Postface », repris dans R. Aron, Essai sur les libertés. Paris : Hachette, 2005.
  • Aron, Raymond. 1977. Plaidoyer pour l’Europe décadente. Paris : Robert Laffont.
  • Aron, Raymond. 1990. Chroniques de guerre. La France libre, 1940-1945. Paris : Gallimard.
  • Aron, Raymond. 1991. Leçons sur l’histoire. Paris : Livre de poche.
  • Aron, Raymond. 1997. Introduction à la philosophie politique. Démocratie et révolution. Paris : Livre de poche.
  • Aron, Raymond. 2005. Penser la liberté, penser la démocratie. Paris : Gallimard.
  • Aron, Raymond. 2006. Les sociétés modernes. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Aron, Raymond. 2013. Liberté et égalité. Cours au Collège de France. Paris : Editions de l’EHESS.
  • Audard, Catherine. 2009. Qu’est-ce que le libéralisme ? Ethique, politique et société. Paris : Gallimard.
  • Audier, Serge. 2004a. Raymond Aron. La démocratie conflictuelle. Paris : Michalon.
  • Audier, Serge. 2004b. Les théories de la république. Paris : La Découverte.
  • Audier, Serge. 2005. Tocqueville retrouvé. Genèse et enjeux du renouveau tocquevillien français. Paris : Vrin/EHESS.
  • Audier, Serge. 2008. Le colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme. Bordeaux : Le Bord de l’eau.
  • Audier, Serge. 2012. Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle. Paris : Grasset.
  • Audier, Serge. 2015. Penser le néo-libéralisme. Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme. Bordeaux : Le Bord de l’eau.
  • Baudouin, Jean. 1994. La philosophie politique de Karl Popper. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Baudouin, Jean. 2008. « Relire La route de la servitude de F. A. Hayek. Une lecture paradoxale du totalitarisme », in P. Morvan (dir.). Mélanges en l’honneur du Professeur Yves Guchet. Bruxelles : Bruylant.
  • Baverez, Nicolas. 1993. Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologies. Paris : Flammarion.
  • Beckman, Frank et Karsten, Karel. 2013. Dépasser la démocratie. Paris : Institut Coppet.
  • Benoît, Jean-Louis et Keslassy, Eric. 2009. Alexis de Tocqueville. Textes économiques : anthologie critique. Paris : Pocket.
  • Berlin, Isaiah. 1958. « Deux conceptions de la liberté ». Repris dans I. Berlin. 1988. Éloge de la liberté. Paris : Calmann-Lévy.
  • Berlin, Isaiah. 1988. Éloge de la liberté. Paris : Calmann-Lévy.
  • Berlin, Isaiah. 2006. En toutes libertés. Entretiens avec Ramin Jahanbegloo. Paris : Le Félin poche.
  • Bobbio, Norberto. 1996a. Droite et gauche. Paris : Seuil.
  • Bobbio, Norberto. 1996b. Libéralisme et démocratie. Paris : Cerf.
  • Bobbio, Norberto. 2007. Le futur de la démocratie. Paris : Seuil.
  • Boyer, Alain. 2008. « Liberté et soumission. Remarques sur l’analyse aronienne de la conception hayékienne de la liberté », in S. Audier, M.-O. Baruch et P. Simon-Nahum (dir.). Raymond Aron, philosophe dans l’histoire. Paris : Editions de Fallois.
  • Brookes, Kevin. 2014. Le rôle des clubs et des réseaux d’intellectuels libéraux dans la diffusion du néo-libéralisme en France. Le cas de l’ALEPS et du groupe des Nouveaux Economistes. Sciences Po Grenoble. Working Paper n°16.
  • Caldwell, Bruce. 2005. Hayek’s Challenge : An Intellectual Biography of F. A. Hayek. Chicago : University of Chicago Press.
  • Caldwell, Bruce and Montes, Leonidas. 2014. « Friedrich Hayek and His Visits To Chile ». Center for the History of Political Economy. Working Paper n°2014-12. http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2488106.
  • Caré, Sébastien. 2009. La pensée libertarienne. Genèse, fondements et horizons d’une utopie libérale. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Châton, Gwendal. 2016. “Taking Anti-Totalitarianism Seriously : The Emergence of the Aronian Circle in the 1970s”, in Stephen W. Sawyer and Iain Stewart (eds.). In Search of the Liberal Moment : Democracy, Anti-Totalitarianism, and Intellectual Politics in France since 1950. London : Palgrave Macmillan.
  • Châton, Gwendal. 2017. Raymond Aron. Une introduction. Paris : La Découverte (à paraître).
  • Constant, Benjamin. 1819. De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes. Paris : Mille et une Nuits. 2010.
  • Denord, François. 2007. Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique. Paris : Démopolis.
  • Downs, Anthony. 1957. Une théorie économique de la démocratie. Bruxelles : Université de Bruxelles. 2013.
  • Ferry, Luc et Renaut, Alain. 1984. Philosophie politique. Des droits de l’homme à l’idée républicaine. Paris : Presses Universitaires de France. 1999.
  • Ferry, Luc et Renaut, Alain. 1985. « Droits-libertés et droits-créances. Raymond Aron critique de Friedrich-A. Hayek ». Droits, n°2.
  • Grémion, Pierre. 1995. Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris, 1950-1975. Paris : Fayard.
  • Hayek, Friedrich A. 1944. La route de la servitude. Paris : PUF. 2010.
  • Hayek, Friedrich A. 1955. Discours prononcé en ouverture de la conférence de Milan du Congrès pour la liberté de la culture le 13 septembre 1955. International Association for Cultural Freedom Records. Box 396, folder 7. Bibliothèque de l’Université de Chicago.
  • Hayek, Friedrich A. 1960. La constitution de la liberté. Paris : Litec. 1994.
  • Hayek, Friedrich A. 1967. « La confusion du langage dans la pensée politique », repris dans Hayek 2008.
  • Hayek, Friedrich A. 1973. « Libéralisme », repris dans Hayek 2008
  • Hayek, Friedrich A. 1976. « Démocratie ? Où ça ? », repris dans Hayek 2008.
  • Hayek, Friedrich A. 1979. Droit, législation et liberté. 3. L’ordre politique d’un peuple libre. Paris : Presses Universitaires de France. 1995.
  • Hayek, Friedrich A. 2008. Nouveaux essais de philosophie, de science politique, d’économie et d’histoire des idées. Paris : Les Belles Lettres.
  • Hoppe, Hans-Hermann. 2001. Democracy. The God That Failed : The Economics and Politics of Monarchy, Democracy and Natural Order. Transaction Publishers.
  • Keynes, John M. 1925. The End of Laissez-faire. Marseille/Montréal : Agone/Comeau&Nadeau. 1999.
  • Lippmann, Walter. 1937. La Cité libre. Paris : Les Belles Lettres. 2011.
  • Locke, John. 1690. Traité du gouvernement civil. Paris : Flammarion. 1999.
  • Mahoney, Daniel. 1998. Le libéralisme de Raymond Aron. Une introduction critique. Paris : Editions de Fallois.
  • Manent, Pierre. 2013. « La politique comme science et comme souci ». Préface à Aron, Raymond. Liberté et égalité. Cours au Collège de France. Paris : Editions de l’EHESS.
  • Mill, John Stuart. 1879. Sur le socialisme. Paris : Les Belles Lettres, 2016.
  • Mises, Ludwig von. 1922. Le socialisme : étude économique et sociologique. Paris : Librairie de Médicis, 1938.
  • Mises, Ludwig von. 1944. Le gouvernement omnipotent. De l’État totalitaire à la guerre mondiale. Paris : Librairie de Médicis. 1947.
  • Mises, Ludwig von. 1947. Le chaos du planisme. Paris : Librairie de Médicis. 1956.
  • Mises, Ludwig von. 1949. L’action humaine. Paris : Presses Universitaires de France. 1985.
  • Müller, Jan-Werner. 2008. “Fear and Freedom. On ‘Cold War Liberalism’”. European Journal of Political Theory, 7/1, 45-64.
  • Némo, Philippe. 1988. La société de droit selon F. A. Hayek. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Pierce, Roy. 1963. “Liberalisme and Democracy in the Thought of Raymond Aron”. The Journal of Politics, vol. XXV, 14-35.
  • Popper, Karl. 1945. La société ouverte et ses ennemis. Paris : Seuil. 1979.
  • Renaut, Alain. 2004. Qu’est-ce qu’une politique juste ? Essai sur la question du meilleur régime. Paris : Grasset.
  • Renaut, Alain. 2005. Qu’est-ce qu’un peuple libre ? Libéralisme ou républicanisme. Paris : Grasset.
  • Rosselli, Carlo. 1930. Socialisme libéral. Bordeaux : Le Bord de l’eau. 2009.
  • Salin, Pascal. 2000. Libéralisme. Paris : Odile Jacob.
  • Schumpeter, Joseph. 1942. Capitalisme, socialisme et démocratie. Paris : Payot. 1990.
  • Shklar, Judith. 1989. “The Liberalism of Fear”, in N. L. Rosenblum (ed.). Liberalism and the Moral Life. Cambridge (Mass.) : Harvard University Press.
  • Sirinelli, Jean-François. 1984. « Raymond Aron avant Raymond Aron (1923-1933) ». Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. II, n°1.
  • Spitz, Jean-Fabien. 2005. Le moment républicain en France. Paris : Gallimard.
  • Vanberg, Viktor. 2008. “On the Complementarity of Liberalism and Democracy – a Reading of F. A. Hayek and J. M. Buchanan”. Journal of Institutional Economics, vol. IV, n°2, 139-171.
  • Weber, Max. 1922a. Economie et société. Paris : Pocket. 2003.
  • Weber, Max. 1922b. La domination. Paris : La Découverte. 2015.

Mots-clés

Aron (Raymond), Démocratie, Guerre froide, Hayek (Friedrich), (Néo)libéralisme

« Néolibéralisme » et démocratie dans les années 1930 : Louis Rougier et Louis Marlio

Résumé

Le « néolibéralisme » français est né dans les années 1930, plus précisément lors du Colloque Walter Lippmann de 1938 organisé par le philosophe Louis Rougier, dans le contexte de l’imminence de la guerre. L’objectif de cet article est de comprendre comment, face à la menace totalitaire, la pensée néolibérale française de cette période a conçu la démocratie. On comparera pour ce faire les conceptions de deux fondateurs de ce courant : celle de Rougier, qui préférait parler de « libéralisme constructeur », et celle de Louis Marlio, qui parlait de « libéralisme social ». Ces deux expressions sont-elles équivalentes et sont-elles sous-tendues par une même conception de la démocratie ?

Article

[L’article est à lire intégralement sur Cairn]

Références

  • Allais, M. 1990, Louis Rougier, prince de la pensée, Paris, Les Terrasses de Lourmarin.
  • Audier, S. 2012a, Le Colloque Lippmann. Aux origines du “néo-libéralisme”, Lormont, Le Bord de l’eau.
  • Audier, S. 2012b, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset.
  • Baudin, L. 1953, L’aube d’un nouveau libéralisme, Paris, M.-T. Génin, Librairie de Médicis.
  • Bolaffi, A. 2002, Il crepusculo della sovranità. Filosofia e politica nelle Germania del Novencento, Rome, Donzelli.
  • Cavallari, G. Dessi, G. L’altro potere. Opinione pubblica e democrazia in America, Rome, Donzelli, 2008.
  • Cometti, J.P. 2016, La démocratie radicale. Lire John Dewey, Paris, Gallimard.
  • Denord, F. 2007, Néo-libéralisme, version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Démopolis.
  • Forcey, Ch. The Crossroads of Liberalism. Croly, Weyl, Lippmann and the Progressive era. 1900-1925, Oxford, Oxford University Press, 1961
  • Lippmann, W. 1922, Public Opinion, New York, harcourt, Brace & co.
  • Lippmann, W. 1938. La cité libre, trad. G. Blumberg, Paris, Librairie de Médicis.
  • Lippmann, W. 1985. Public Philosopher. Selected Letters of Walter Lippmann, J. M. Blum (ed.), New York, Ticknor and Fields.
  • Lippmann, W. 2005. [1937], An Inquiry into the Principles of the Good Society, New Brunswick, Transaction Publisher.
  • Lippmann, W. 2008. Le Public fantôme, trad. L. decréau, présentation B. Latour, Paris, Démopolis.
  • Kloppenberg, J.T. Uncertain Victory. Social-Democracy and Progressivism in European and American Thought, 1870-1920, Oxford-New York, Oxford University Press, 1986.
  • Marlio, L. 1938, Le Sort du capitalisme, Paris, Flammarion.
  • Marlio, L. 1940. Dictature ou liberté, Paris, Flammarion.
  • Marlio, L. 1943. La révolution d’hier, d’aujourd’hui et de demain, New York, Brentano’s.
  • Marlio, L. 1949, Lionel, Paris, Flammarion.
  • Marion, M. 2004, « Investigating Rougier », Cahiers d’épistémologie, Montréal, Département de philosophie, Université du Québec à Montréal.
  • Mises, L. 1938, Le socialisme : étude économique et sociologique, trad. P. Bastier, A. Terrasse et F. Terrasse, préface F. Perroux, Librairie de Médicis.
  • Pirou, G., 1934, Les Doctrines économiques en France, Paris, Armand Colin.
  • Pont, J.-C. et Padovani, F. 2006, Louis Rougier : vie et œuvre d’un philosophe engagéPhilosophia scientiae, n°10-2.
  • Rougier, L. 1920, Les Paralogismes du rationalisme. Essai sur la théorie de la connaissance, Paris, Alcan.
  • Rougier, L. 1926. Celse ou Le conflit de la civilisation antique et du christianisme primitif, Paris, Éditions du siècle.
  • Rougier, L. 1927. « La démocratie et la mystique démocratique », Revue de Paris, n°34 :. 320-347.
  • Rougier, L. 1929. La Mystique démocratique. Ses origines, ses illusions, Paris, Flammarion.
  • Rougier, L. 1935. Les Mystiques politiques contemporaines et leurs incidences internationales, Paris, Sirey.
  • Rougier, L. 1938a. Les Mystiques économiques. Comment l’on passe des démocraties libérales aux États totalitaires, Paris, Médicis, 1938.
  • Rougier, L. 1938b. « Retour au libéralisme », La Revue de Paris, 1 er janvier 1938 : 179-197.
  • Rougier, L. 1938c. « parmi les livres », La Revue de Paris, 1 er août 1938 : 711-712.
  • Rougier, L. 1945. Les accords Pétain-Churchill. Histoire d’une mission secrète, Montréal, Beauchemin.
  • Rougier, L. 1952. La France à la recherche d’une constitution, Paris, recueil Sirey.
  • Rougier, L. 1961. « Le libéralisme économique et politique », Tendances modernes du libéralisme économiques. 1. Les essais 1961, p. 45-50.
  • Rougier, L. 1963. L’erreur de la démocratie française, Paris, Editions l’Esprit Nouveau.
  • Zask, J. 2015, Introduction à John Dewey, Paris, La Découverte.

Mots-clés

Néolibéralisme, Rougier (Louis), Marlio (Louis), Colloque Lippmann, Démocratie

Institutionnalisme économique versus management scientifique autour des Labor Problems : quels fondements à la démocratie dans l’entreprise ?

Le début du XXe siècle a été marqué par des débats vifs entre économistes institutionnalistes du travail et promoteurs du management scientifique naissant sur la manière d’atténuer ce que plusieurs auteurs appelaient à l’époque les labor problems. L’objectif de cet article est de questionner le sens de ces débats et de s’interroger sur les sources de divergences des auteurs représentatifs des deux courants, en nous centrant sur la question en essor à l’époque de la démocratie dans l’entreprise. Nous montrerons que deux conceptions de la démocratie dans l’entreprise s’opposent, prenant leur sources dans des positionnements épistémologiques différents quant à la manière de saisir le travail.

Mots-clés

Institutionnalisme, Management scientifique, Travail, Démocratie, Négociation collective

[Télécharger l’article sur Cairn]