“The Taste Approach”. Governance beyond Libertarian paternalism

Résumé

Le bien-être peut être promu de deux façons: en premier lieu, en changeant la quantité, la qualité et l’allocation des paniers de consommation (l’approche par les ressources) et en second lieu en influençant la façon selon laquelle les personnes profitent de leurs biens (l’approche par les goûts). La première approche est un ingrédient classique de l’analyse économique, alors que la seconde n’est pas encore conventionnellement intégrée dans l’analyse économique. L’article s’interroge sur le pourquoi de cette asymétrie en identifiant les gains de l’approche par les goûts. Si l’approche par les goûts est mise en œuvre avec succès, elle pourrait permettre aux individus d’augmenter leur bien-être mais aussi donner des solutions à certains enjeux actuels comme le développement soutenable ou la justice mondiale.
L’auteur argumente que des développements récents comme l’économie du bonheur (Happiness Economics, HE) et le paternalisne libertarien (Libertarian Paternalism, LP) peuvent tous deux être considérés comme des cas particuliers de l’approche par les ressources. Un troisième cas est également identifié: la formation de préférences peu coûteuses (Inexpensive Preference Formation, IPF). Alors que le LP suggère qu’une « architecture » des choix devrait être mise en œuvre lorsque la rationalité échoue, IPF avance que la gouvernance dans certaines situations pourrait également améliorer les choix, même en l’absence d’échec de la rationalité.

Plan

  • Introduction
  • 1 -The basic idea
    • 1.1 -Four attractive features
    • 1.2 -Normative framework
  • 2 -Happiness economics and libertarian paternalism
    • 2.1 -Happiness Economics and Taste Formation
    • 2.2 -Libertarian Paternalism and Taste Formation
  • 3 -Beyond libertarian paternalism
    • 3.1 -Inexpensive Preference Formation
    • 3.2 -Two restrictions and their modifications
  • Conclusion

Article

[L’article peut être lu en intégralité sur Cairn]

Bibliographie

  • Assadourian E., 2010, “The Rise and Fall of Consumerist Cultures”, in 2010 State of the World – Transforming Cultures – From Consumerism to Sustainability – A Wordlwatch Inistitute Report on Progress Toward a Sustainable Society.
  • Berlin I., 1969, Four Essays on Liberty, Oxford, Oxford University Press.
  • En ligneCohen G.A., 1989, “On the Currency of Egalitarian Justice”, Ethics, vol. 99, p. 906-944.
  • – 2004, “Expensive Taste Rides Again”, in J. Burley (ed.), Dworkin and his Critics, Oxford, Blackwell.
  • Diener E. et aliiWell-being for Public Policy, Oxford, Oxford University Press.
  • Dworkin R., 2000, Sovereign Virtue, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.
  • Easterlin R.A., 1974, “Does Economic Growth Improve the Human Lot?”, in P. David and M. Reder (eds.), Nations and Households in Economic Growth: Essays in Honor of Moses Abramovitz, New York, Academic Press Inc.
  • Frankfurt H., 1988, The Importance of What We Care About, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Frey B. et alii, 2002, Happiness and Economics, Princeton, University Press.
  • Griffin J., 1986, Well-Being, Oxford, Clarendon Press.
  • Hellevik O., 2008, Jakten på den norske lykken, Oslo, Universitetsforlaget.
  • En ligne Kahneman D. and Sugden R., 2005, “Experienced utility as a standard of policy evaluation”, Environmental and Resource Economics, 32, p. 161-181.
  • Lane R., 2000, The Loss of Happiness in Market Economies, New Haven, YUP.
  • Layard R., 2003, “Happiness: Has Social Science a Clue?”, Lionel Robins Memorial Lectures 2002/3.
  • – 2005, Happiness – Lessons From A New Science, London, Penguin Group.
  • Mill J.S., 1859 (1978), On Liberty, Cambridge, Hackett Publishing.
  • Nozick R., 1974, Anarchy, State, and Utopia, Oxford, Blackwell.
  • Olson M., 1971, The Logic of Collective Action, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.
  • En ligneOswald, 1997, “Happiness and Economic Performance”, Economic Journal, 107, p. 1815-1831.
  • Otterholt T., 2005, Should the State Cultivate Cheaper Tastes?, M. Phil. Thesis, Oxford, online at http://folk.uio.no/torotte/Should_the State_Cultivate_Cheaper_Tastes_Otterholt2005.doc
  • Parfit D., 1984, Reasons and Persons, Oxford, Clarendon Press.
  • Rozati C.S., 2006, “Preference-Formation and the Personal Good”, in S. Olsaretti, Preferences and Well-being, Cambridge, Cambridge University Press.
  • En ligneStevenson B. and Wolfers S.B., 2008, “Economic Growth and Happiness: Reassessing the Easterlin Paradox”, Brookings Papers on Economic Activity, Spring 2008, p. 1-87.
  • Thaler R.H. and Sunstein C.R., “Libertarian Paternalism”, Economic American Review, vol. 93, n° 2, p. 175-179.
  • – 2008, Nudge, New Haven, YUP.
  • Varian H., 1999, Intermediate Economics – A Modern Approach, New York, Norton Inc.

Mots-clés

Goûts couteux, Paternalisme libertarien, Economie du bonheur et du bien-être, Développement durable, Bien-être, Formation des préférences

Ce que tu vivras, vis bien

Rowena A. Pecchenino

Résumé

En éliminant ce qui était considéré comme inessentiel à la décision économique, les économistes ont éliminé la dimension humaine – on a enlevé la chair en ne laissant que des os. Pour revivifier et incarner ce squelette, je m’inspire de la psychologie sociale de Deci et Ryan, Dweck, et Bandura pour approfondir les fondements de la théorie de l’utilité et pour élargir les types de ressources dont disposent les individus, individuellement et en groupe, pour parvenir à leur bien-être. Leurs théories reconnaissent que les effets de la société sur l’individu ne sont pas toujours bons. Leur compréhension nuancée de l’individu dans la société aide à mettre de la chair sur les os des agents économiques en plaçant ces agents dans la société, et suggère comment la société influence les agents et révèle comment les agents travaillent ensemble pour s’adapter et changer la société dans laquelle ils agissent. On développe un modèle qui incorpore certaines de ces caractéristiques et on analyse des exemples appropriés. Le comportement de l’individu n’est pas facilement caractérisé, mais son caractère humain essentiel, même économique, l’est.

Mots-clefs

Bien-être, théorie de l’utilité, objectifs, individu, société, psychologie sociale.

Code JEL: D91

[Télécharger l’article sur Cairn]